Incendies des forêts de Gouraya: arrestation de 19 individus

Dix-neuf individus soupçonnés d’être impliqués dans le déclenchement, dans la nuit du 6 au 7 novembre courant, des incendies au niveau des forêts de Gouraya dans le but de « déstabiliser le pays », ont été arrêtés par les services de la police judiciaire de Tipasa, a annoncé lundi le procureur principal de la République auprès du tribunal de Cherchell.

Dans un point de presse animé au siège du tribunal de Cherchell en vue d’informer l’opinion publique de cette affaire, le procureur de la République, Kamel Chenoufi, a indiqué que les services de la gendarmerie nationale et de la sûreté de wilaya de Tipasa ont mené, suite à l’ouverture d’une instruction judiciaire, des « enquêtes et de larges investigations pour déterminer les causes du déclenchement simultané des incendies à travers plusieurs régions de la wilaya, causant la mort de deux personnes, en plus de dégâts considérables occasionnés aux biens des citoyens, entre habitations, ressources animale, agricole et forestière ».

Cette opération a permis l’arrestation d’une « bande de malfaiteurs soupçonnés d’être impliqués dans ces incendies suspects », a-t-il ajouté, précisant qu’il s’agit de « 19 individus entendus par le juge d’instruction près du même tribunal qui a ordonné leur mise en détention provisoire et la délivrance d’un mandat d’arrêt international à l’encontre de quatre autres suspects se trouvant à l’étranger, en plus de deux autres sur le territoire national ».

A noter que les services de la gendarmerie nationale avaient arrêté, dans le cadre de deux affaires distinctes, trois individus suspectés d’être impliqués dans le déclenchement de feux de forêts à Menaceur et Sidi Amar, dans la nuit du 9 au 10 novembre courant, avant leur présentation devant le parquet de Cherchell, qui a placé l’un d’eux en détention provisoire et deux autres sous contrôle judiciaire.

Pour rappel, des incendies de forêts avaient été déclarés dans la nuit du 6 au 7 novembre courant à Tipasa, au même titre que 10 autres wilayas du pays, causant la mort à deux personnes brûlées vives à Gouraya, en plus de dégâts occasionnés à 45 habitations, dont les familles sont devenues sinistrés, outre la perte de 500 ha de pin d’Alep et d’autres dégâts considérables dans le secteur agricole.

Lors de sa visite dans la ville de Gouraya, où il a présenté ses condoléances aux familles des deux victimes décédées, et pour s’enquérir de l’ampleur des dégâts occasionnés par ces feux, le premier ministre, Abdelaziz Djerad, avait affirmé que « l’hypothèse de l’acte criminel n’était pas à écarter ». Il avait annoncé l’ouverture d’enquêtes profondes, assurant que la « loi sera rigoureusement appliquée ».