Référendum Constitutionnel : Bengrina s'engage à quitter la politique en cas où le non l'emporterait

Abdelkader Bengrina a appelé ce dimanche, lors d’une conférence de presse, le peuple algérien à voter oui et de façon massive pour la nouvelle constitution.  Cette position prise  à l’issue de la réunion du Majliss Al Choura de son parti, lui coûtera, selon ses dires, son poste  en cas où  la majorité du peuple algérien votera NON  pour le projet d’amendement de la constitution.

En effet, il s’est engagé  à  démissionner de toutes les  instances dirigeantes de son parti, le mouvement El-Bina au cas le NON l’emporterait  lors du  référendum de 1er novembre prochain.   « Au cas où  le  « NON » sera majoritaire, je démissionnerais de toutes les instances dirigeantes du parti » a-t-il annoncé.

Abdelkader Bengrina a révélé par ailleurs qu’il avait décliné un poste clé au gouvernement que lui aurait proposé  le chef de l’Etat.

Ainsi, après avoir tenté de parasiter le débat sur la constitution, en se  focalisant sur   L’article 4 de  la Constitution qui stipule que  « Tamazight est également langue nationale et officielle », Bengrina se rétracte  en apportant sa caution totale à  cette nouvelle constitution et  en la qualifiant de  garant de  « la continuité de l’État et de ses institutions dans le respect du sacrifice des chouhada et conformément au projet national novembriste. »