La demande de libération provisoire de Khalida Toumi rejetée

La chambre d’accusation a rejeté ce mercredi la demande de libération provisoire de l’ancienne ministre de la culture, Khalida Toumi, introduite par son collectif de défense.

C’est la deuxième fois que la chambre d’accusation oppose un refus à cette requête de la défense.

Placée le 04 novembre 2019 sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach à Alger, l’ancienne ministre est accusée de dilapidation de deniers publics dans la manifestation culturelle organisée en 2011 « Tlemcen, capitale de la culture islamique ».

Pour ses avocats son maintien en détention est une injustice est un abus au regard de la loi qui stipule qu’en matière de délit, la détention préventive ne peut excéder 8 mois si le procès n’a pas été fixé.