Levée du confinement partiel pour 19 wilayas

Le wali d’Alger, Youcef Cherfa a indiqué que ses services ont délivré, depuis le début du confinement partiel, quelque 56.000 autorisations exceptionnelles de circulation au profit des différents établissements publics et privés du secteur économique et commercial, des organes de presse et des personnes malades.

Toutefois plusieurs personnes dont des journalistes qui se sont rapprochés de notre rédaction nous ont fait part de leur colère face aux choix opérés dans la délivrance de ces autorisations. « Sur quels critères se base –t-on pour la remise de cette autorisation ? ce n’est clair ! il faudrait clarifier la question » nous déclare un journaliste qui a introduit une demande dans ce sens depuis plusieurs semaines et qui a reçu une fin de non recevoir.

Ils sont nombreux en effet les journalistes qui travaillent tard le soir à être rabrouer par les services des Dairas alors que des dossiers en bonne et due forme ont été déposés au préalable pour bénéficier de cette autorisation afin de rentrer chez soi une fois le travail à la rédaction fini.

Si les journalistes et les responsables de la presse électronique sont totalement exclus des bénéficiaires de cette fameuse autorisation pour des considérations subjectives il y’a également le cas des journaux extrêmement influents, à l’image du Quotidien d’Oran, bureau d’Alger, qui n’ont pas pu obtenir ce « quitus » alors que certains obtiennent le document en toute complaisance.

Pourtant, le Wali a donné des ordres à ses services, conformément aux instructions du gouvernement, sur le fait de répondre avec célérité aux demandes exprimées à ce sujet notamment aux commerçants, aux opérateurs économiques, à la presse… mais les vieux réflexes sont difficiles à éliminer. Que perd-on à établir clairement la liste des critères conditionnant la délivrance de cette autorisation et l’afficher publiquement pour plus de justice et de transparence ? Ce n’est qu’ainsi qu’on mettra un terme aux soupçons de clientélisme entourant l’obtention de ces autorisations.