Depuis sa cellule de la prison d’El-Koléa, Karim Tabbou s'exprime

Dans une lettre adressée au peuple algérien depuis sa cellule de la prison d’El Koléa, à l’occasion de son 47e anniversaire, Karim Tabbou, coordinateur national du parti non agréé, l’Union démocratique et sociale (UDS) et l’une des figures emblématiques du Hirak présage de jours heureux pour l’Algérie et son peuple.

« Celui qui va doucement arrive sûrement. Nous nous approchons de plus en plus de jours meilleurs ,même si  les chemins de la liberté sont semés d’embuches. Nous devons garder l’espoir. Ensemble, nous y arriverons » a prophétisé le détenu d’El Koléa

« Ce sont des jours qui nous apporterons de nouvelles sensations. Des senteurs de liberté qui dissiperont toute cette puanteur d’un régime finissant et en décomposition. Ces jours permettront aussi un tri salutaire entre les vrais et les faux militants », souligne-t-il.

Djezzy Binatna

Outre cette annonce de bon augure, Karim Tabbou a défini et a expliqué, dans cette lettre les contours de l’Algérie nouvelle pour laquelle le peuple algérien s’est battu et se bat encore . Cette nouvelle Algérie, note Karim Tabbou doit être « inclusive de toutes les représentations politiques et sociales réelles, respecte le suffrage universel et le principe de l’alternance au pouvoir, respecte l’exercice de toutes les libertés, et consacre la primauté du droit ». 

Elle doit, ajoute-t-il ,donner envie à chaque Algérien de s’impliquer dans la construction d’un avenir commun, et s’interdire l’emprisonnement des journalistes, des militants, des syndicalistes et mettre tout le monde  sous l’autorité du droit.

Rédigée en réponse aux nombreux messages et vœux reçus à l’occasion de son anniversaire, cette lettre, publiée sur la page facebook de son frère Djaffar a servi également d’occasion pour Karim Tabbou d’exprimer sa gratitude à tous ceux qui l’ont soutenu et lui ont exprimé leur solidarité face à l’épreuve qu’il traverse.

Pour rappel, son procès qui devait se tenir le lundi 1 juin, a été reporté au 29 du mois courant, en raison de la pandémie de Covid-19. A noter, par ailleurs, que le président du parti Jil Djadid qui s’est entretenu avec le président de la république sur la question des détenus politiques et d’opinion a annoncé, via un communiqué diffusé hier, sa libération prochaine ainsi que celle de l’activiste Samir Belarbi.