Des milliards de dollars partis en fumée: Fin du montage automobile en Algérie?

Le Conseil des ministres, réuni ce dimanche par visioconférence, sous la présidence de Abdelmadjid Tebboune, Président de la République, a décidé d’annuler le régime préférentiel pour l’importation des lots SKD/CKD pour le montage de véhicules et d’autoriser l’importation de véhicules touristiques neufs par les concessionnaires automobiles, indique un communiqué de la Présidence de la République.

La décision du chef de l’état est bien évidemment à saluer pour la simple raison que le rêve d’une industrie automobile a tourné au drame économique.

Selon des spécialistes, quelques 50 milliards de dollars sont partis en fumée du fait de la politique de l’ancien ministre de l’industrie, Abdeslem Bouchouareb, actuellement en fuite à l’étranger.

Djezzy Binatna

Il faut rappeler que le nouveau ministre de l’industrie Ferhat Ait Ali a été l’un des premier officiels à enfoncer le clou en dénonçant sans ambages une grande arnaque.

Ferhat Aït Ali avait clairement déclaré en effet que même Renault ne fait pas exception. Selon lui, «les rapports d’organismes officiels confirment que tout ce qui est annoncé comme taux d’intégration est faux.» «Un bénéfice de 1,5 milliard de dollars ou d’euros en exonération fiscale est dégagé chaque année et il n’est pas normal qu’avec toutes ses exonérations les concernés présentent des bilans avec des bénéfices de 1% par an», s’est élevé le ministre de l’Industrie et des Mines.

La page est semble t-il résolument tournée. L’Etat est définitivement déterminé à ne plus encourager ce que Ferhat Aït Ali appelle de «fausses importations». Les pertes subies par le Trésor public, uniquement dans trois affaires traitées par la justice sont considérables. Elles sont évaluées à près de 129 milliards de dinars.