En réaction à l’annonce faite hier  par Hakim Belahcel,premier secrétaire du FFS, faisant état de sa volonté d’ester en justice le militant Kouceila Idir, l’aile frondeuse du parti  constituée en secrétariat national a rendu public ce samedi un communiqué où elle dresse un sévère réquisitoire contre Hakim Belahcel  et les deux coprésidents de la Commission Préparatoire du Congrès National (CPCN).

« Non satisfaits de la fermeture arbitraire des bureaux du parti, sis à la rue Khelifa Boukhalfa -Alger- et après les tentatives de musellement de l’organe de presse du FFS « Libre Algérie », voila que l’ex premier secrétaire et les deux coprésidents d’une pseudo-CPCN ayant violé toutes les instances du parti , notamment le conseil national , organe souverain, entre 2 congres , dépassent tout entendement en s’appropriant les prérogatives de la commission de médiation et de règlement des conflits du FFS, en menaçant de sanctions toute voix qui refuse de se taire devant une démarche destructrice de notre parti »,peut-on, en effet lire, dans ce communiqué.

Ce qui  attise davantage le courroux des rédacteurs du communiqué, c’est le recours à la justice par le premier secrétaire du FFS pour régler des différends internes au parti. Pour eux, les statuts du parti suffisent amplement à gérer les mésententes internes.

  « Les membres du secrétariat national dénoncent ces procédés graves et étrangers à l’éthique du FFS et se solidarisent avec le camarade Kouceila IDDIR, secrétaire national chargé de la documentation et archives, ainsi que tous les cadres et militants sous menace de poursuite judiciaire, car refusant l’arbitraire , l’illégalité et s’élevant contre toute démarche visant à la caporalisation du FFS et la déviation de sa ligne politique. » souligne le communiqué. 

Réagissant à  ce communiqué Hakim Belahcel,  a déclaré qu’un secrétariat national dissous et en totale déroute a  rendu public une  déclaration pour défendre l’impardonnable et faire l’apologie de l’insulte et de la diffamation,  en ajoutant que les militants du FFS et l’opinion publique seront encore une fois témoins de cette énième atteinte aux règles éthique et disciplinaire du FFS.