Après avoir chuté à  des niveaux jamais atteints depuis une vingtaine d’années, les prix de pétrole repartent à la hausse depuis hier après les propos tenus par le président des États-Unis  sur son éventuelle intervention  pour arrêter la  guéguerre pétrolière que se livrent, depuis la réunion avortée de Vienne, l’Arabie Saoudite et la Russie. « ils sont entrés dans une guerre des prix, de la production, et au moment opportun j’interviendrai » , a-t-il, en effet , déclaré.

Du prix de  20 dollars qu’il a atteint mercredi, le baril  de Brent  a repris des couleurs dans les séances de jeudi et vendredi pour se négocier autour de 26 et 30 dollars. Ce rebond modeste, selon les experts, peut se maintenir  et relever  les prix  autour des 50 dollars si l’Arabie Saoudite et la Russie enterrent la hache de guerre. 

Dans cette chute des prix due au coronavirus, l’Algérie a  perdu, Selon le ministre de l’énergie,  dans les deux premiers mois de 2020 un milliard de dollars. «  On a tablé sur  6 milliards  de dollars de rentrées des hydrocarbures pour  janvier et février 2020, mais nous n’avons que 5 milliards. Ce qui veut dire qu’un milliard de dollars n’est pas rentré au trésor public » a-t-il déclaré déclaré .