Comme attendu des marées humaines  impressionnantes ont été ce vendredi au rendez-vous dans plusieurs villes du pays  pour prendre part  au 53e acte du Hirak. Cet acte qui intervient à la veille du premier anniversaire du Hirak national du 22 février 2019, a battu le rappel des manifestants qui se sont sentis en devoir, à travers tout le territoire national , d’honorer ce  pénultième jalon de l’an un du Hirak.

Malgré les  imposants dispositifs sécuritaires mis en place en cette occasion ,  c’est dans le calme et la bonne ambiance que sont déroulées dans les différentes  villes du pays, les manifestations marquées par un esprit d’engagement renouvelé. Hormis les quelques  interpellations signalées à Alger   dont notamment celle de Zoheir Moulaoui , le célèbre policier de Béjaia et  de  l’avocate Allili Yamina, aucun  autre incident notable  ni escarmouches n’ont été enregistrées aujourd’hui .

A Alger  (El Mahroussa) et dans les autres villes du pays, à l’exemple de Tlemcen, Oran, Mostaganem, Tiaret, Ain Timouchent, Béjaia, Adrar, Jijel,  Tizi-Ouzou, Sétif, Bouira…  Les marées humaines qui ont déferlé dans les rues ont  réclamé un changement réel  du système, l’instauration d’un état droit et  la libération des détenus d’opinion et politiques.

 «  Système dégage » , « Pour une presse libre et une justice indépendante », « Libérer les détenus d’opinion » ,« Casbah Bab El Oued imazighen »  … ont scandé entre autres les manifestants qui ponctué leurs principaux slogans par  des volées de bois vert aux tenants du pouvoir.