Le patron du groupe Ennahar a été présenté ce soir devant le procureur près le tribunal de Bir Mourad Rais.

Djezzy Binatna

Anis  Rahmani a fait l’objet d’une interpellation hier aux environs de 16h30 de la part d’éléments en tenue civileCette interpellation a eu lieu précisément au niveau de la rocade menant de Ben Aknoun vers Dar El Beïda, indique un communiqué diffusé aujourd’hui par le Groupe Ennahar.
Si  pour le Groupe Ennahar  aucune accusation n’est formulée pour le moment  contre leur PDG et aucun communiqué des parties chargées de l’enquête ne leur est parvenu, plusieurs sources médiatiques rapportent que le concerné est poursuivi dans plusieurs  affaires liées à son activité de PDG du groupe Ennahar et qu’il aurait été entendu cet après-midi par le procureur du tribunal de Sidi M’hamed.  Selon ces sources, il serait accusé de plusieurs chefs d’inculpation dont notamment,trafic d’influence, d’obtention d’indus avantages, infraction à la législation de change. 

Anis Rahmani connu  pour son soutien pour le clan Bouteflika est souvent blamé, satirisé, vilipendé  sur les réseaux sociaux au point où sa chaine est  humoristiquement cataloguée du sobriquet  « EL Istihmar ». Son arrestation est d’ailleurs accueillie avec joie par plusieurs internautes.

Cette arrestation qui fait suite à sa condamnation à six mois de prison ferme assortie d’une amende  de 50 000 dinars dans l’affaire de diffamation qui l’oppose au général à la retraite Hocine Benhadid  fait peser de graves conséquences sur le Groupe Ennahar  qui se revendique comme le groupe médiatique le plus influent en Algérie.