Les 22 manifestants arrêtés vendredi dernier lors de la 48e marche du Hirak viennent d’être relaxés par la justice.

Après leur audition, par le procureur de la république près le tribunal de Sidi M’Hamed, la justice a décidé de remettre en liberté les 22 manifestants qui étaient en garde à vue dans un commissariat d’Alger durant 48 heures.

Les prévenus étaient accusés d’attroupement et d’atteinte à l’ordre public.