L’Algérie doit définir une stratégie de développement à long terme pour pouvoir tirer profit des opportunités de l’initiative chinoise « OBOR » (One blet, One road, la route de la soie-qu’elle a rejoint fin 2018, a indiqué  à Alger l’expert en intelligence économique, Abdenour Kachi.

A l’aube du nouveau plan quinquennal 2019-2023 de coopération sino-algérien, la dynamique des nouvelles routes de la soie présentent des opportunités certaines et de nombreux avantages pour l’Algérie », a souligné M. Kachi lors d’une table-ronde organisée par l’Institut national d’études de stratégie globale (INESG) sur l’initiative OBOR, ses enjeux et opportunités.

Toutefois, « l’Algérie doit se doter d’un plan stratégique à long terme (15 à 20 ans) afin de définir par elle-même ses propres axes stratégiques de développement », selon l’expert.

Djezzy Binatna

Ce travail, poursuit-il, permettra à l’Algérie d’identifier quels partenariats stratégiques conclure avec ses partenaires dont la Chine.

Rappelant les avantages liés au positionnement politique de l’Algérie notamment les relations historiques d’amitié avec la Chine et les positions communes sur les principales questions internationales, l’expert a appelé à optimiser les relations entretenues avec le géant asiatique en cherchant une place privilégié dans la stratégie de redéploiement mondial de la Chine.

« L’Algérie qui n’a que très récemment et trop timidement marqué son intérêt à cette initiative, doit proposer un projet qui lui permet de tirer profit de ses formidables leviers de développement », a noté M. Kachi citant en particulier, le positionnement dans le bassin méditerranéen, la proximité de l’Europe, la profondeur africaine ainsi que disponibilité de ressources énergétiques et minières et de ressources humaines formées.

Pour lui, il ne s’agit pas pour l’Algérie d’engrener une liste de projets à faire par ou avec la Chine, mais plutôt s’inscrire quelques part dans le redéploiement tentaculaire des routes mondiales du commerce.

Evoquant la place du secteur énergétique dans ce projet, l’expert a estimé que devant les défis énergétiques qui attendent l’Algérie (relance de la production industrielle, grosse consommatrice d’énergie, augmentation annuelle de la population, augmentation de la consommation interne…), l’initiative de la Nouvelle route de la soie peut porter des solutions qui vise également à développer un réseau électrique intercontinental.

« L’Algérie aura sûrement intérêt à examiner les conditions dans lesquelles un axe stratégique fort et une synergie pourraient être construits autour du potentiel solaire algérien. Elle devrait mener une réflexion en profondeur et développer un argumentaire convaincant de manière à sortir du schéma de la Chine qui destine la production d’énergie renouvelable de l’Algérie au seul marché européen », a-t-il souligné.

Concernant les domaines de partenariats avec la Chine dans le cadre de l’initiative « OBOR », l’expert recommande de s’intéresser à la zone transfrontalière de Tamanrasset et à d’autres points de passage transfrontaliers, la constitution d’un rempart vert pour lutter contre la désertification, la création d’écoles des métiers en partenariat et une université de la technologie et du numérique.

Cependant, l’expert préconise, de recourir aux appels à la concurrence internationale dans les domaines des études, de la réalisation, des choix technologiques, des équipements, et des financement qui seront « vitaux » pour les projets de partenariat dans lesquels l’Algérie s’inscrira.

Le FMI et les experts internationaux ont dès le mois d’avril 2018 alerté sur les risques de la spirale d’endettement générée autour des alternatives chinoises des routes de la soie. L’institution rappelait alors que les projets conclus depuis 2013 étaient majoritairement financés et réalisés par la Chine, aggravant de ce fait le taux d’endettement de nombreux pays et constituant une menace réelle et sérieuse de déséquilibres nationaux », a-t-il averti.

L’Algérie avait identifié, ces dernières années, trois mégaprojets en partenariat avec la Chine: le Port Centre et le pôle industriel de phosphates à l’Est du pays qui sont les deux « à l’arrêt » alors que le projet de mines de fer à Ghara Djebilet est toujours en phase d’étude préliminaire et trouve des difficultés dans sa partie Process compte tenu de la teneur élevé en phosphore du minerai, rappelle M. Kachi.

La balance des échanges commerciaux avec la Chine est marquée par un déséquilibre en faveur du géant asiatique avec des importations avoisinant les 9 milliards de dollars et des exportations algériennes qui ne dépassent pas 0,5 milliard de dollars.

Selon les chiffres du Conseil national économique et social (CNES), plus 55.000 chinois travaillent en Algérie notamment dans le domaine du BTP où la société CSEC comptait à elle seule 245 projets en Algérie à son actif fin 2016.

Lancé en 2013, l’initiative « OBOR » ou la Nouvelle route de la soie initiative consiste à développer un ensemble de liaisons commerciales maritimes, routières et de vois ferroviaires entre la Chine et le reste du monde avec un budget de 1.000 milliards de dollars consacré à ce programme.

Le tracé des Nouvelles routes de la soie couvre une population totale de 4,4 milliards de personnes soit 63% de la population mondiale ainsi que 30% du PIB mondial.

La Chine représente avec les Etats-Unis et l’Allemagne 30% des échanges mondiaux de marchandises en 2018. Elle reste aussi le plus grand exportateur de produits manufacturés avec 13% du volume mondial.