« Le combat continue jusqu’à l’instauration d’un véritable régime démocratique » telle est la  principale leçon  qu’offre  aujourd’hui la mobilisation populaire à travers  le pays. Pacifiquement, des foules nombreuses  sont descendues dans les rues, en ce 45e vendredi de mobilisation  pour dire leur ferme détermination à maintenir la lutte pacifique jusqu’à l’instauration irréversible d’un Etat de droit.

A Alger, Bejaia, Tizi-Ouzou, Oran, Constantine, Oum El Bouaghi,  Jijel,  Ain Defla, Mila, Tlemcen…des marées humaines  ont manifesté  dans le calme en  scandant divers slogans liés au changement du système, à  la bonne gouvernance, au respect des droits humains et à la relaxe des détenus.

  « Libérez Bouregaa et les détenus d’opinion », « Ya Abane, ya Ramdane, ma djabounach bel kirane » « Nous sommes les fils d’Amirouche, pas de marche arrière »… ainsi qu’une palette d’autres  slogans de même facture  ont été fortement  scandés, à cette occasion, par les manifestants

Dans certaines villes à l’exemple d’Annaba, de Bord Bou Arreridj et Constantine, les marches ont été perturbées par des contre marches.  Dans ces villes qui ont vécu de vives tensions, des anti-hirakistes  ont tenté  de faire avorter ce 45e acte du Hirak.

 Ce 45e acte du Hirak   coïncide avec la date anniversaire  l’assassinat d’Abane Ramdane, étranglé par ses frères le 27 décembre à Tetouan au Maroc. Auteur de la fameuse formule « la primauté du civil sur le militaire », un hommage appuyé lui a été rendu aujourd’hui par le Hirak. Ses photos, à coté de celles des détenus d’opinion, ont été brandies par de nombreux manifestants et son nom a été collé à  de nombreux slogans scandés aujourd’hui.