L'info c'est ici

Grève du primaire: C’est le pourrissement!

56

En dépit des menaces brandies par le ministère de tutelle et le désarroi grandissant des parents d’élèves, les enseignants du primaire ont mis  en œuvre  leur menace de boycott des compositions  du premier  trimestre   et annoncent maintenir leur  mouvement de protestation jusqu’à  la prise en charge effective de leur plate-forme de revendications.

Le sit-in observé hier par les  enseignants grévistes devant l’annexe du ministère de l’Éducation nationale à  Alger, n’a  apporté rien de nouveau  quant à  l’issue de ce conflit qui perdure depuis  plusieurs semaines.

En colère devant le silence de la tutelle et les mesures  de ponction mises en œuvre par les directions de l’éducation, les enseignants ont décidé  de durcir le ton et  ont affiché leur ferme intention de   ne pas participer à toute opération liée à l’organisation des examens trimestriels jusqu’à la mise en place de véritables négociations. «On ne participera ni à la préparation des sujets des examens, ni à la surveillance ni  à la correction des copies » ont-ils indiqué.

Concernant  le taux suivi de ce mouvement de protestation, c’est la guerre des chiffres parmi les parties du conflit.  Si  pour la Coordination nationale des enseignants du primaire, le taux de suivi au niveau national  dépasse les 60%, du coté de la tutelle et des parents d’élèves, ce chiffre   est trop exagéré.

En tout cas quelque soit le taux du suivi enregistré, ce conflit qui se corse, commence  à  peser sur les nerfs aussi bien des élèves que de leurs parents.

Pour rappel, les enseignants grévistes  réclament  entre autres, la révision des  dysfonctionnements du statut particulier, la réduction du volume horaire, l’introduction de la spécialisation dans le palier primaire et  le rattachement des écoles primaires au ministère de l’Éducation au lieu des APC.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept