L'info c'est ici

Résolution du parlement européen sur l’Algérie: Levée de boucliers à Alger

214

La résolution non contraignante adoptée ce jeudi à Strasbourg, par le Parlement européen  à propos de la situation politique en Algérie  a suscité de vives réactions, qui l’ont considérée comme étant une ingérence dans les affaires intérieures d’un pays souverain.

Le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil a affirmé, jeudi, que la Chambre haute du Parlement rejetait les agendas étrangers dictés à l’Algérie, soulignant, dans ce cadre, l’indépendance de la décision politique de l’Algérie.

« Nous rejetons les agendas étrangers dictés à l’Algérie et nous espérons que le peuple algérien donnera au monde une leçon à travers sa participation massive à l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, et qui sera une réponse à même de permettre aux Algériens de lever haut la tête », a-t-il déclaré dans son allocution d’ouverture d’une plénière consacrée au vote de plusieurs textes de loi.

« Le Parlement européen qui s’est réuni aujourd’hui a débattu de rapports émanant de l’Algérie, et d’écrits de la presse algérienne », a-t-il déploré.

De son coté l’assemblée populaire nationale (APN) a dénoncé également ce  jeudi la résolution adoptée par le Parlement européen sur « la situation des  libertés en Algérie », la qualifiant d' »ingérence flagrante dans les affaires internes » et de « provocation pour le peuple algérien ».

« La résolution du Parlement européen vient au moment où le peuple algérien s’apprête à aller aux urnes pour choisir un président de la République après un Hirak pacifique et un accompagnement, hautement professionnel, de la part de l’Armée populaire nationale (ANP) et des différents corps de sécurité, une fois parachever les instruments juridiques et les cadres réglementaires devant assurer la liberté, la transparence et la régularité de l’opération électorale dans le cadre d’un processus démocratique traduisant le changement que connait l’Algérie », indique l’APN dans un communiqué.

« L’APN, qui considère que ce qui s’est passé aujourd’hui à Strasbourg (siège du Parlement européen) est une ingérence flagrante dans les affaires internes et une provocation à l’égard du peuple algérien, dénonce catégoriquement toute ingérence, d’où qu’elle provienne, dans nos affaires internes », ajoute le communiqué.

Par ailleurs le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a exprimé, jeudi, « ses vives dénonciation et condamnation » de la résolution du Parlement européen sur « la situation des libertés en Algérie », affirmant qu’elle est basée sur « des renseignements erronés et des intentions malveillantes ».

Dans une déclaration à l’APS, le président du CNDH, Bouzid Lazhari a affirmé que le CNDH « s’interroge sur la source des informations contenues dans la résolution, lesquelles font état d’arrestations arbitraires sans toutefois en fournir des preuves », estimant qu' »il aurait été plus judicieux pour la partie qui est derrière ces informations de les fournir au CNDH, qui a toutes les prérogatives pour enquêter sur les allégations relatives aux droits de l’Homme ».

Pour le CNDH, « le Parlement européen suit la politique de deux poids deux mesures en la matière (droits de l’Homme), sinon pourquoi il ne s’intéresserait pas à ce qui se passe dans la bande de Ghaza et dans d’autres lieux du monde, et focalise, en cette circonstance précise sur l’Algérie », a-t-il ajoute.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept