L'info c'est ici

38e vendredi: la mobilisation continue pour les mêmes mots d’ordre

202

Préludé hier soir par l’opération vacarme « Amahraz », dans certaines villes du pays à l’exemple d’Alger, Blida, Sétif, Bejaïa, Mostaganem… ce 38e vendredi de mobilisation est un nouvel épisode réussi pour le Hirak. Dans toutes les wilayas du pays, en dépit des intempéries, des foules nombreuses  ont investi encore une fois pacifiquement les rues, livrant des images parlantes de la bonne santé du Hirak, généreusement revigoré, faut-il le signaler, par la halte impressionnante  du 1e novembre dernier.

Alors que l’ANP à travers sa revue El Djeich  soutient que « Le processus électoral ne saurait être remis en cause dès lors qu’il a reçu l’assentiment du peuple et que ce dernier est déterminé à le mener jusqu’au bout », que  la  machine électorale est  déjà mise  en branle, que les cinq candidats  à la présidentielle commencent à  affûter leurs armes et que des manifestations pro-gouvernementales s’esquissent dans certaines villes du pays à l’exemple de celles organisées à Oran, Sidi-Bel Abbes, El- Oued et Tlemcen, les Hirakistes continuent sur leur élan initial avec la même détermination, ignorant le processus électoral en cours ,  et assurant que rien ni personne ne peut les détourner des objectifs de leur « révolution du sourire ».

Les mêmes mots d’ordre ont encore été entonnés, chantés, musiqués, criés et repris en boucle  par des  milliers de manifestants à travers le pays. Alger, la lève-tôt, où les manifestations commencent habituellement  dès la matinée, sert en quelque sorte d’exemple pour la panoplie de slogans à mettre en avant et à  brandir dans les marches.

Même si la capitale  a dérogé cette fois-ci à sa tradition, en séchant en ce 38e  acte du Hirak, sa mobilisation matinale, en ne commençant l’occupation des rues qu’à partir de midi,  ce sont les  slogans qui ont fusé sous son ciel qui ont été repris dans toutes les villes d’Algérie, colorés de quelques tonalités locales.  « Pour la  transition pacifique et démocratique ! », « Non au processus électoral, oui au processus transitionnel !», « Libérez les détenus, libérez les otages !»,  «Dawla madania, machi âskaria !»,  « Baouha el khawana baouha, djibouha ya lewlad, djibouha ! », « Pas d’élections avec le gang !» et plusieurs autres slogans brocardant les figures du système, ont résonné comme d’habitude à l’unisson dans les plusieurs villes d’Algérie.

Affichant leur attachement  à la paix civile, à la cohésion nationale et à l’unité du peuple algérien, les manifestants  se défendent des visées malsaines  que certains  leur prêtent, de vouloir projeter le pays dans l’inconnu en s’opposant au processus électoral.

Ils le répètent à l’envie que leur mouvement n’est dirigé  que contre l’ancien système et ses  reliquats  et qu’il n’a comme  ambitions que de restituer la souveraineté nationale au peuple et de bâtir une nouvelle Algérie  où la dictature, l’injustice, le népotisme, la corruption, les passe-droits et autres maux qui ont gangrené le pays depuis son indépendance, seront à jamais bannis.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept