L’Union Nationale des organisations d’avocats (UNOA) vient de dénoncer la «violence» dont ont été victimes ce dimanche des magistrats dans l’enceinte même de la cour d’Oran, après l’intervention des éléments de la gendarmerie.

Dans un communiqué rendu public ce dimanche, les avocats considèrent ce qui s’est passé à Oran, comme une «atteinte grave à la souveraineté  du pouvoir judiciaire», et qu’«il était  injustifiable et ce, quelques soient ses motivations».

Djezzy Binatna

 L’organisation appelle les deux parties à faire preuve de «sagesse et d’esprit de responsabilité» dans ce contexte crucial que traverse le pays pour sortir du blocage, garantir la dignité  du magistrat et assurer le fonctionnement normal de la justice dans le cadre des lois de la république».

Pour rappel, le procureur général près la cour d’Oran, a fait venir ce dimanche la force publique pour mettre fin à la protestation des magistrats qui observent une grève illimitée en signe de protestation contre le dernier mouvement effectué par le Conseil national de magistrature (CNM).

Des vidéos montrant des accrochages entre éléments de la gendarmerie munis de leurs boucliers et des magistrats scandant, «Pour une justice libre et indépendante» font le buzz sur les réseaux sociaux.

C’est la première fois en effet que ce corps si sensible de la justice recourt à un mouvement de grève qui entame sa deuxième semaine et qui a quasiment paralysé tous les tribunaux du pays. Des vidéos relayées sur les réseaux sociaux en début de cet après-midi montrent des forces anti-émeutes de la gendarmerie usant de la force face aux magistrats grévistes à la Cour d’Oran.