L'info c'est ici

Présidentielle en Tunisie: Kais Saied vainqueur devant Nabil Karoui

35

L’universitaire Kais Saïed, ou « Super mario » comme le désignaient il y a quelques jours ses partisans, a remporté avec une confortable avance sur son adversaire Nabil Karoui, l’élection présidentielle, devenant ainsi le deuxième candidat à être élu au suffrage universel en Tunisie.

Crédité de plus de 70% des voix selon des sondages, -72,5% pour Emrhod et 76,9% pour Sigma, ce théoricien de la Constitution a remporté au bout d’une haletante campagne électorale une présidentielle, qui consacre la démocratie en Tunisie.

Juste après la publication des sondages ont fusé des rues du centre de Tunis des manifestations de joies de ses milliers de partisans.

Les résultats officiels ne seront pas connus avant lundi.

Après la publication des premiers sondages le donnant largement vainqueur de ce scrutin, Kais Saïed a remercié « les jeunes qui ont ouvert un nouvelle page de l’histoire », devant ses partisans dans un hôtel du centre de Tunis.

Nous allons essayer de construire une nouvelle Tunisie », a-t-il déclaré, avant de souligner: « Je connais l’ampleur de la responsabilité »

Environ 90% des électeurs de 18 à 25 ans, ont voté pour l’universitaire, selon les estimations de l’institut de sondage Sigma, contre seulement 49,2 des plus de 60 ans. « Je vais porter ce message » de la révolution de 2011, a-t-il assuré.

« Le peuple veut… ! », a-t-il lancé, reprenant un slogan phare de la révolution de 2011. « Et sa volonté va être appliquée. La loi sera appliquée à tous et à moi en premier lieu. L’application de la loi se fera sans aucune exception ».

« Chacun a choisi qui il voulait, en toute liberté. Notre projet est basé sur la liberté. L’époque de la soumission est finie. Nous venons d’entrer dans une nouvelle étape de l’histoire », a-t-il martelé.

« Vous avez donné une leçon au monde entier (…) dans le cadre de la Constitution », a encore affirmé le nouveau président Tunisien, qui a ajouté que « l’Etat va se construire sur la base de la confiance. La confiance entre le dirigeant et les dirigés, dans le respect des règles ».

Pour ce troisième scrutin en un mois, la participation a été nettement plus élevée qu’au premier tour, atteignant 57,8% avec seulement 70% des bureaux pris en compte. Pour le premier tour le 15 septembre, moins d’un électeur sur deux s’était déplacé.

Kais Saied, qui n’a aucune expérience du pouvoir et s’est entouré d’une poignée de partisans néophytes en politique, était arrivé en tête du 1er tour, après une campagne low cost, créant un séisme au sein de la classe politique.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept