L'info c'est ici

Le système fiscal actuel encourage l’informel

53

Le président de l’association nationale des conseiller fiscaux, Boubekeur Sellami, a indiqué que ce lundi que « notre système fiscal est l’un des plus compliqué au monde, avec des pressions fiscales et une absence de justice devant l’impôt ».

Pour le président de l’association nationale des conseiller fiscaux, qui intervenait sur les ondes de la radio chaîné 3; c’est la structure de ce système qui encourage les gens à aller vers l’informel.

« L’absence de la justice fiscale, les gens ne sont pas égaux devant l’impôt » a-t-il souligné, ajoutant que c’est la cause principale qui pousse les gens à la migration vers l’informel.  Par conséquence, 50% de l’économie se retrouve dans l’informel.

Le système fiscal algérien est caractérisé par une « pression fiscale importante, mais qui ne touche qu’une partie de l’assiette fiscale ». cependant, ce système est aussi compliqué qu’il n’est pas du tout attractifs, dans ce sens il cite, le cas des impôts sur le revenu globale (IRG) et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui sont supportés par les ménages, et qui à eux seuls, représentent 60% de la fiscalité ordinaire.

Pour reformer ce système, il faut commencer par une légitimité des autorités a-t-il expliqué, car c’est à travers cela que « l’Etat peut imposer aux contribuables de payer leurs impôts, chose qui n’est pas faite maintenant, avec un taux de recouvrement qui avoisine les 10% voire moins » a estimé encore le même expert.

M Sallemi a souligné que « l’informel est devenu très important et puissant, face à l’absence des autorités », selon lui « l’Etat a opté pour la paix sociale, et évite d’affronter ce système qui nuit beaucoup à l’économie ».

Les conséquences de ce système ont commencé à voir le jour, à partir de 2014, année où «nous avons découvert l’impact du secteur des hydrocarbures sur notre système fiscal, et qui a vu ses recettes liées au pétrole chutées de 71% ». Mais depuis, « rien n’a été fait, pas d’une stratégie fiscale, et ce qui est fait ça ne répond pas à une crise qui a duré 5 ans »  a regretté encore M Sellami.

 En outre il a espéré à ce que « la loi de finance vient pour basculer la fiscalité du pays basée sur les hydrocarbures, à une fiscalité basée sur les ressources ordinaires, qui représentent jusqu’à présent 60% des ressources de l’Etat» et pour cela, «il faut carrément adapter la fiscalité à la réalité économique de pays » a-t-il suggéré.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept