L'info c'est ici

Mouvement populaire : le projet de loi sur les hydrocarbures et la loi de finances 2020 en invités surprise

105

La mobilisation populaire du 34e acte du Hirak  s’est distinguée par son nouveau catalogue de slogans dédié à l’actualité économique du pays. A ce qui est considéré maintenant comme les slogans  invariants du Hirak que sont le départ du système, le  rejet des élections,  la libération des détenus d’opinion et l’exigence d’une justice indépendante et d’une  presse libre, est venu se greffer cette semaine, d’autres mots d’ordre en relation avec le projet de loi sur les hydrocarbures et  le  projet de loi de finances 2020.  

« Qanoun el mahrouqat darouh el issabet » « Djarima irhabia, qanoun el malia », ont scandé, dans ce cadre, des  dizaines de milliers de manifestants  à travers les principales villes du pays. Pour les manifestants le gouvernement actuel est entrain de se mêler les pinceaux en s’appropriant des prérogatives qui ne sont pas les siennes. « Ce gouvernement est installé uniquement pour se charger des d’affaires courantes et non établir des lois qui engagent l’avenir du pays », rappellent, à ce sujet, les manifestants. Alors que le chef de l’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, encourage le gouvernement à poursuivre ses activités et à examiner plusieurs projets de lois, notamment les deux projets de la loi de Finances 2020 et de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, le Hirak, en cette 34e semaine de contestation a livré  à travers les quatre coins du pays le même message à l’endroit du pouvoir : les dossiers lourds et sensibles ne doivent être examinés qu’une fois la crise surmontée et les institutions légitimes installées démocratiquement.

Boualem B.

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept