Le journaliste Saïd Boudour qui a comparu ce matin du lundi devant le juge du tribunal d’Oran a été libéré sauf qu’il a été soumis à un contrôle judiciaire. Il est accusé « atteinte au moral de troupes », « chantage » et « insulte d’un journaliste de l’agence officielle (APS) ».

Lors de sa comparution, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant le tribunal d’Oran, en soutien et solidarité avec le journaliste Saïd Boudour. Les personnes rassemblées ont scandé plusieurs slogans de soutien à Saïd Boudour et pour  «une presse libre et une justice indépendante», « la libération des détenus»…

Pour rappel, le journaliste Saïd Boudour, a été interpellé dimanche dernier à Oran par les services de sécurité et a été placé en garde à vue au commissariat central de la ville. Selon le CNLD, Saïd Boudour a été présenté devant le procureur du tribunal de cité Djamel «pour un écrit (publication) sur Facebook». En plus de ses activités de journaliste, Said Boudour est également membre de la section d’Oran de la LADDH.