Crise interne au RCD: Entre Said Sadi et Mohcene Bellabes le divorce est consommé

Date:

La lune de miel entre Said Sadi, fondateur et ex-président du RCD durant une vingtaine d’année et son protégé Mohcene Bellabes, actuel président du parti est-elle terminée ? Si l’on se fie aux derniers événements qui ont secoué ce parti, la crise interne qui a commencé il y a plus d’un mois n’est pas encore réglée. L’ancien président du parti, toujours actif sur les réseaux sociaux, s’appuyant sur des cadres qui lui sont restés fidèles à l’image de Yacine Aissiouane, membre de l’exécutif du parti et élu à l’APW de Tizi-Ouzou, Hamid Aït Saïd, coordinateur des «Jeunes progressistes», Madjid Belkai et la secrétaire nationale aux archives, Massiva Mazari, accusent le président Mohcene Bellabes d’avoir «mis en place une structure parallèle», «laissé à l’abandon» les structures du RCD et s’«être éloigné» de ses principes.

Une pétition a même circulé portant des signatures falsifiées que les auteurs ont tout de suite démenti comme les deux (2) élus de Mechtras qui ont décidé d’ester en justice Aissiouane. Cette action fera certainement tâche d’huile puisque des élus d’autres communes ont également démenti leur participation à cette opération. Mais en réalité, l’enjeu était ailleurs : Said Said voulait pousser le président Mohcene Bellabes à accepter le principe de la «désobéissance civile» comme lutte ultime avec le mouvement hirak pour dégommer le régime en place.

La proposition ne fût pas acceptée et c’est à partir de ce refus que le leader de la formation se retrouva en désaccord complet avec son ancien leader. Cela provoqua ensuite le divorce complet. Les deux hommes ne se parlent plus depuis.

Les attaques dont a fait l’objet le président actuel du RCD ont été condamnés par des dizaines de cadres et membres du conseil national, lesquels ont soutenu Belabbes et saluant son engagement dans le mouvement populaire du 22 février.

La Coordination des femmes progressistes, à leur tête la présidente, Hayet Mohand Kaci, ainsi que l’exécutif national des coordinatrices régionales d’Alger, Bouira, Tizi-Ouzou, Bejaïa, Mostaganem, Tamanrasset, Sétif, Boumerdès, Tipaza, Annaba, Tlemcen, et Sidi-Bel-Abbès se sont dits «attachés au respect des valeurs, projet de société, statuts et volontés militantes exprimés et adoptés souverainement lors du dernier congrès du RCD». Mais l’ancien leader du parti n’a pas encore dit son dernier mot. Selon quelques indiscrétions, Said Sadi prépare une contre-offensive en vue d’éjecter le président du parti.

Share post:

Info en continu

Articles associés
Related

Le FFS appelle au renforcement de l’unité nationale

Le premier secrétaire national du Front des forces socialistes...

Présidentielle anticipée : Louisa Hanoune candidate du PT

Le Conseil national du Parti des Travailleurs, réuni en...

Journée de l’étudiant : le Mouvement El-Bina organise un rassemblement estudiantin

Le Mouvement El-Bina a organisé, vendredi à Alger, un...

L’UFDS participera à la prochaine élection présidentielle

Le secrétaire général du parti de l'Union des forces...