Le tribunal de Koléa devrait statuer ce mercredi sur la demande de liberté provisoire déposée par l’avocat Me Badi  Abdelghani au profit de son mandant, l’activiste Karim Tabbou. Ce dernier, coordinateur national de l’Union démocratique et social (UDS) parti non agréée, a été placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction près le tribunal de Koléa pour «atteinte au moral des troupes» de l’Armée, selon l’article 75 du code pénal, jeudi 12 septembre 2019.

Karim Tabou avait déclaré que le chef d’Etat-major «souhaite fermer le jeu», rajoutant que «l’article 28 de la Constitution, celle-là même qu’il veut appliquer contre nous, établit, avec clarté, les prérogatives du chef d’Etat-major».

Karim Tabou, a été arrêté le 11 septembre devant son domicile à Douèra, à Alger. Il a été ensuite présenté devant le procureur près le tribunal de Koléa qui l’a placé en détention préventive à la prison de la même ville.