La wilaya d’Alger a refusé pour la seconde fois consécutive d’accorder au mouvement dit Forces de l’«Alternative démocratique» qui regroupe sept partis (RCD, FFS, PT, PST, UFC, MDS et le PLD) ainsi que la Ligue algérienne de la défense des droits de l’Homme (LADDH, l’autorisation de se réunir à la Safex d’Alger.

La première demande a été introduite avant la fin du mois de juillet.

Mais les organisateurs avaient anticipé cette décision et prévu de se retrouver ce lundi au siège du RCD en cas de refus de la wilaya : «les interdictions de la tenue de la convention du pacte de l’Alternative démocratique et de l’université d’été de l’association RAJ notifiées respectivement les 27 et 26 août 2019, les tenants du pouvoir de fait confirment leur parti pris en faveur de la restauration de l’ancien régime» ont-ils dénoncé auparavant.

Dans une déclaration rendue publique, le 1er septembre, dernier les forces démocratiques avaient dénoncé la volonté des autorités de revenir à l’ancien régime : «Les Forces de l’Alternative démocratique ont appelé à la tenue d’une convention autour du pacte politique «pour une véritable transition démocratique» le 31 août 2019: «Nous sommes décidés à tenir notre convention le 9 septembre et à accompagner le mouvement populaire et citoyen.

Nous restons mobilisés pour donner une vision démocratique au nécessaire changement qui passe obligatoirement par une période de transition à travers un processus constituant souverain», ont-ils consigné dans une déclaration liminaire.