L'info c'est ici

Décès de l’ancien Moudjahid Mohamed Benyahia

Il est considéré comme le cerveau de l’affaire Cap Sigli

144

L’ancien Moudjahid et ex-officier de l’ALN Mohamed Benyahia, vient de rendre l’âme à l’âge de 89 ans. C’est que qu’a annoncé aujourd’hui, l’écrivain Djoudi Attoumi.

Né en 1930 à Barbacha (Bejaïa), le défunt a rejoint le maquis en 1956 où il connaîtra toutes les péripéties et les violences de la vie de maquisard. Faisant partie des victimes de la bleuïte, il gardera toute sa vie rancune à ses tortionnaires qui ont poussé leurs sévices jusqu’à lui écraser les testicules alors qu’il sera innocenté par la suite.

Il rendra compte dans son ouvrage sorti à la fin des années quatre-vingt de toutes les épreuves qu’il a endurées lors de cette grande purge qui a failli réduire à néant toute la wilaya 3.

Frondeur, il fera partie en septembre 1959 de ceux qui ont lancé le mouvement des officier libres d’Akfadou en rébellion contre le commandement de la wilaya.

A la fin de cette mutinerie majoritairement désapprouvée par les moudjahidine de la wilaya 3, il s’installe avec des maquisards très proches de lui dans la périphérie de la ville de Bejaïa.

Au cours d’une opération militaire lancée à Oued -Ghir en 1961, il sera arrêté et plusieurs de ses compagnons trouveront la mort.

Libéré au lendemain du cessez-le feu, il rejoint l’armée des frontières où il jouera le rôle d’intermédiaire pour convaincre les opposants de Boumediene à déposer les armes.

A l‘indépendance, il exercera comme sous-préfet, préfet et préfet hors cadre ,avant d’être incarcéré en 1978 pour son implication dans l’affaire cap Sigli, une opération de parachutage d’un lot d’armes destiné aux opposants de Boumediene en Kabylie, opération, faut-il le préciser, que beaucoup d’observateurs considèrent comme un complot monté de toutes pièces par la sécurité militaire pour recréer le « consentement national » face au danger.

Libéré sous Chadli et retiré de la scène politique, Mohamed Benyahia écrira, sous les conseils de plusieurs de ses amis, ses mémoires qui vont être publiées en 1988 en France sous le titre de « Conjuration au pouvoir, récit d’un maquisard de l’ALN ».

L’ ouvrage, réédité dans les années 90 en Algérie, est un précieux témoignage sur la révolution et les arcanes politiques algérienne après l’indépendance.