L'info c'est ici

Transfert d’argent illicite au Canada depuis janvier: 78,6 millions de dollars transférés depuis l’Algérie

91

Le quotidien canadien d’expression française Le Devoir a relaté avant-hier le phénomène du transfert des capitaux de la nomenklatura algérienne vers le Canada grâce aux chiffres obtenus auprès du Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada, un organisme de surveillance des transferts de plus de 10.000 dollars.

Le Devoir affirme qu’entre janvier et juillet derniers, plus de 78,6 millions de dollars ont été transférés au Canada depuis l’Algérie. Cela représente 10 millions de plus que pour l’année 2018, mais également d’une croissance de 50 % des transferts par rapport à 2017 et que les transferts de capitaux en provenance de l’Algérie sont en forte croissance par rapport aux années précédentes. Ces transferts sont orchestrés principalement par les plus grosses fortunes du pays : «Le Québec est le principal point d’entrée de cet argent.

La diaspora algérienne au Canada y est particulièrement bien établie», fait observer le journal. En juin dernier, le député du Nouveau Parti démocratique Pierre-Luc Dusseault avait donné l’alerte en écrivant au ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, pour l’inciter à la plus grande vigilance devant l’augmentation du montant des opérations financières de l’Algérie vers le Canada : «Ces mouvements financiers sont majoritairement faits par la classe politique et dirigeante algérienne actuelle, qui se prépare à un exil imminent», écrivait-il dans sa lettre. «Le peuple algérien est inquiet que le départ du gouvernement et de ses dirigeants se fasse en amenant avec eux […] des fonds publics dilapidés […]. Ces dirigeants corrompus ne devraient pas pouvoir trouver un refuge au Canada pour ces fonds illégitimes».

Le quotidien révèle que les mouvements d’argent depuis l’Algérie ne touchent pas uniquement le Canada, mais sont également en croissance vers la France, la Belgique et la Suisse, où «le blanchiment de ces sommes issues possiblement de la corruption passerait principalement par des transactions immobilières», relate encore Le Devoir. Des hommes politiques algériens ayant servis le clan Bouteflika demeurant toujours en activité ont l’intention de demander l’asile politique au Canada.

Parallèlement, ils ont transféré des sommes importantes en devises selon un député canadien qui a découvert le pot-aux-roses Pierre Luc Dusseault, lequel a adressé récemment une lettre à son ministre canadien des Finances, William Francis Morneau. Dans sa lettre, il lui révèle que des sommes importantes en devises sont transférées en toute illégalité ces derniers jours par des personnalités algériennes au Canada : «Je vous écris aujourd’hui pour vous faire part d’une situation préoccupante qui nécessite votre attention et votre vigilance.

Il m’a été rapporté que depuis que des grands changements politiques sociétaux et institutionnels sont réclamés par les soulèvements populaires du peuple algérien au cours des derniers mois, il y aurait d’importants sommes d’argent qui seraient envoyées au Canada particulièrement au Québec» écrit-il. Selon le député ces mouvements financiers sont «majoritairement faits par la classe politique et dirigeante algérienne actuelle, qui se prépare à un exil imminent» révèle-t-il encore.

Le député le ministre conseille au ministre de «veiller à l’intégrité du régime financier canadien et à lutter contre le blanchiment d’argent» et lui demande de mettre un frein à ce trafic: «Je vous demande donc de porter une attention particulière aux transferts internationaux vers le Canada de sommes d’argent importantes en provenance de l’Algérie ou de ressortissants algériens».

 Pour le député de Sherbrooke le peuple algérien «est inquiet» que le départ du gouvernement et de ses dirigeants «se fasse en amenant avec eux en exil des fonds publics dilapidés. Ces sommes doivent être interceptés et retournées au peuple algérien. Ces dirigeants corrompus ne devraient pas pouvoir trouver un refuse au Canada pour ces fonds illégitimes» lui conseille-t-il.