L'info c'est ici

Le PDG d’Aigle Azur Frantz Yvelin démissionne

61

 Le PDG d’Aigle Azur Frantz Yvelin a annoncé sa démission mercredi, deux jours après le placement en redressement judiciaire de la compagnie aérienne française, spécialiste des liaisons avec l’Algérie, et en proie à une bataille d’actionnaires.

A un moment, on ne peut pas se battre contre tout le monde », a-t-il notamment déclaré mercredi matin sur le plateau de BFM Business, se disant « fatigué » après avoir « traversé une zone de fortes turbulences depuis le début du mois d’août ».

L’entreprise, qui compte 1.150 employés, dont 350 en Algérie, s’est déclarée en cessation de paiement lundi et a été placée en redressement judiciaire le même jour.

Le 26 août, Gérard Houa, actionnaire minoritaire (20% du capital) avait tenté d’évincer M. Yvelin par un communiqué le présentant comme le nouveau patron, avec la volonté de mettre fin aux « errements stratégiques des deux dernières années », avant d’être démenti par David Neeleman (32% du capital), l’accusant d’usurper ce titre.

Deux jours plus tard, nouveau coup de théâtre: une administratrice provisoire, Hélène Bourbouloux, avait été désignée à la tête de l’entreprise et installée en présence des forces de l’ordre, tandis que M. Yvelin était rétabli dans ses fonctions.

« La justice est saisie, il lui appartiendra de trancher », a dit Frantz Yvelin mercredi matin, au sujet du coup de force de Gérard Houa, en rappelant que ce dernier a « dit depuis des mois aux actionnaires, plus récemment aux salariés en parallèle avec un syndicat, le SNPNC-FO avec lequel il semble s’être allié: +j’ai 15 millions d’euros, j’ai un plan. »

« Gérard, si tu m’écoutes, si tu as les 15 millions, mets les sur la table, si tu as un plan sérieux, présente-le au tribunal, l’avenir t’est ouvert », a expliqué le dirigeant de l’entreprise détenue par le groupe chinois HNA (48%), l’homme d’affaires américain David Neeleman (32%) et la compagnie Lu Azur (20%), dont Gérard Houa est propriétaire.

« Nous avions sur la table dès le début août, une solution qui permettait de pérenniser plus de 90% des emplois de la société », a regretté Frantz Yvelin, dont le plan était « de revendre une partie de notre activité au groupe IAG, de basculer à peu près une moitié de notre activité sur Charles-de-Gaulle et de demander un effort de productivité à l’ensemble de nos personnels navigants en contrepartie d’une part dans le capital de la société ».

Les liaisons avec l’Algérie représentent 50% à 60% de l’activité d’Aigle Azur, fondée en 1946. La compagnie qui a transporté 1,88 million de passagers en 2018, a réalisé un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros en 2018 mais « perd de l’argent depuis 2012 », selon M. Yvelin.