L'info c'est ici

Le FLN et le RND démentent

Accusés de vouloir paralyser le Parlement en cas de leur exclusion du dialogue national

183

Le FLN de rendu public ce mardi un communiqué pour démentir les informations selon lesquelles ils envisageraient de paralyser le Parlement, en réaction à leur exclusion du dialogue politique par le panel :
«Le FLN dément les informations selon lesquelles il œuvre à la paralysie du parlement en réaction à son exclusion du dialogue politique», indique un communiqué qui parle d’«informations sans fondement», tout en qualifiant les parties qui sont derrière de «professionnels du mensonge qui cherchent à créer la confusion et à semer le désordre pour entraver toute initiative politique visant à sortir le pays de la crise».

Selon le FLN, ces mensonges ont pour but de «saper les efforts des bonnes volontés qui cherchent une issue constitutionnelle à la crise actuelle.

Au FLN, il n’y a pas de place aux positions versatiles, nous refusons d’investir dans la situation critique actuelle du pays, nos positions sont constantes, nous les avons exprimées en toute clarté, nous soutenons toute initiative pour protéger l’Algérie» ajoute le communiqué.

De son côté le RND par la voix de son SG par intérim, Azzedine Mihoubi a lui aussi démenti lundi l’information selon laquelle son parti comptait, avec le FLN, bloquer le Parlement s’ils venaient à être exclus du dialogue politique en cours : «une information dénuée de tout fondement rapportée aujourd’hui par un organe d’information laisse croire que le RND, avec un autre parti, menacent de paralyser le parlement, s’ils sont exclus du dialogue national», écrit Azzeddine Mihoubi sur son compte Twitter : «En ma qualité de SG par intérim du RND, je tiens à démentir formellement cette information, niant que le RND ait pensé un jour à adopter une telle démarche».

Pour rappel, le coordinateur de la commission de dialogue et de médiation, Karim Younes, a déclaré jeudi dernier lors d’une conférence de presse ne pas associer les partis de l’ex coalition présidentielle au processus du dialogue, en réponse à la volonté du hirak qui réclame, au contraire, la dissolution de ces partis, notamment le FLN.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept