L'info c'est ici

Bouira : Le mouvement populaire dans sa 25ème édition

110

Encore une fois la population de Bouira est sortie dans la rue pour exprimer à sa 25ème semaine,  ses attentes les plus profondes et qui n’ont changé d’un iota, depuis l’avènement du mouvement populaire national qui a suscité le respect du monde entier. « Dawla madanya machi aâskariya (Etat civil et non militaire », « Ni Bedoui ni Bnesalah », et « Rahou djay rahou djay el îssyane el madani (elle arrive elle arrive la désobéissance civile » figuraient parmi la multitude de slogans scandés par les nombreux manifestants qui ont battu le pavé en dépit d’ une forte chaleur accompagnée d’un taux d’humidité des plus exténuants. Sur les pancartes brandies par plusieurs contestataires, il nous a été possible de  lire entre autres « Non à un président au service de ses maitres », « La transition dégagera un président légitime », et « Dissolution du Sénat, APN, UGTA, RND et FLN »

Les manifestants, à chaque fois qu’ils parcourent le boulevard Colonel Amirouche, et passent devant le siège de la mouhafadha du FLN, ils ne se privent pas de vilipender à gorges déployées ce parti et ses dirigeants en les traitant de « Traîtres à la nation »

Les citoyens que nous rencontrons tous les vendredi depuis le début du mouvement populaire n’arrivent pas à comprendre comment ce parti historique est tombé si bas jusqu’à essuyer les foudres de tout le peuple algérien.

Nous avons remarqué que les murailles et l’enseigne du siège de ce parti portaient différentes  graffitis et autres inscriptions et tags le vouant aux hégémonies.

« Normal, ce parti s’est transformé en un appareil qui s’est mis au service des lobbys qui ont ruiné le pays. Pourtant ce parti est un patrimoine de notre mémoire collective on n’a pas le droit de le salir ainsi » regrette un manifestant.

La procession ne s’est pas détaché de sa tâche et a continué son parcours en empruntant la grande rue pour déboucher vers l’itinéraire initial qui la mènera vers l’esplanade qui fait face au  siège de la wilaya.

A ce niveau, des animateurs ont pris la parole pour donner leur vision de la situation politique.