L'info c'est ici

Bouira : Grève générale et marche pour la libération des détenus

118

Les citoyens de la commune de Haizer qui se situe à 10 Kms à l’est de Bouira, ont décrété aujourd’hui une grève générale ou tous les commerces ont baissé rideaux, et organisé une grande marche au niveau de leur chef-lieu de commune, dans le but de dénoncer l’incarcération de 3 jeunes manifestants et exiger leur libération.

Ces derniers ont été arrêtés lors de la 18ème marche effectuée à Alger. Il s’agit de Lakhel Ali, Oukbi Akli et Hamza Roudjate, originaires de la ville de Haizer, arrêtés avec les 18 manifestants dans la ville d’Alger et mis en détention par le parquet, pour atteinte à l’unité nationale et port d’un emblème qui ne représente pas l’emblème national.

Les manifestants, après avoir sillonné les rues de la ville, se sont dirigés vers le siège de la daïra de Haizer, pour marquer une halte. Meziane Chabane, manifestant, militant démocratique du parti RCD et élu APW, nous déclara: « Aujourd’hui comme vous le voyez la population de Haizer a décrété une grève générale dans la ville ou toute activité a cessé. Cette grève a été suivie d’une grande marche après celles que nous avons effectuées à plusieurs reprises au chef-lieu de wilaya Bouira, ou nous avions également organisé un sit-in devant la cour de justice, rien que pour demander la libération immédiate des jeunes manifestants ayant brandit le drapeau amazigh durant la marche du 18e vendredi à Alger. Par la même occasion, nous réclamons libération de tous les détenus d’opinion et politiques».

Notre interlocuteur ajoutera, « ce n’est pas un délit de porter l’étendard amazigh qui reflète notre identité culturelle. Nous voulons que la justice se libère des injonctions qui ne font qu’envenimer la situation qui est déjà délétère ». Ainsi, après la grève générale qui a été suivie d’une marche pacifique qui a pris son élan à partir la place des martyrs vers le siège de la daïra de Haizer, en passant par , le stade communal et la RN33 les manifestants n’ont pas arrêtés de scander des slogans hostiles  au système. C’est-à-dire, « Système dégage », « Pouvoir assassin », « Libérez les détenus d’opinion et politiques », « Pour un État civil », « Pour un nouveau départ de l’Algérie», et «  Le combat continue ! »

Une fois le rassemblement terminé devant le siège de la daïra, les protestataires se sont dispersé dans le calme, après avoir appelé les manifestants à ne pas baisser les bras, et à maintenir la mobilisation, jusqu’à la libération des manifestants mis en détention