L'info c'est ici

Projet EvCon du groupe Cevital en France: Dernière ligne droite avant sa validation

246

Le projet EvCon du groupe Cevital à Charles-Mézières, dans les Ardennes en France devrait être examiné ce mardi soir par le conseil communautaire, a indiqué le site d’information régional, L’Ardennais. En novembre 2018 le patron du groupe Cevital, Isaad Rebrab, avait lancé ce projet avec le président français, Emmanuel Macron, qui était en visite à Charleville-Mézières.

Le projet consiste en la réalisation de trois unités industrielles de fabrication de membranes et de stations de production d’eau ultra pure, de dessalement d’eau de mer et de traitement des eaux industriels. Le projet voulu par le patron de Cevital pourrait créer à terme jusqu’à 1000 emplois : «les élus doivent valider les modifications des plans locaux d’urbanisme (PLU) de trois communes : les Ayvelles, Lumes et Villers-Semeuse», explique le même média, afin de «faciliter l’accueil de la future usine de purification d’eau du groupe algérien, en harmonisant les règlements».

La réalisation du projet est soumise à différentes réglementations, notamment la hauteur des bâtiments, d’où la nécessité de créer «une zone d’implantation spécifique au projet», souligne la même source. EvCon, l’usine de production de membranes pour le traitement de l’eau que le groupe Cevital envisage d’installer dans les Ardennes, une région située dans le nord-est de la France, sera opérationnelle avant la fin 2019 : «Nous en sommes à la levée de fonds de 175 millions d’euros», a indiqué l’avocat ardennais Ahmed Harir. Ce dernier a expliqué vouloir «faire taire les doutes locaux» quant à la réalité de cet investissement.

Le complexe voulu par le patron de Cevital pourrait créer jusqu’à 1000 emplois à termes dans une région où le taux de chômage dépassait les 10% au troisième trimestre 2018, selon le service des études statistiques de la préfecture de la région Grand Est.

Alors que l’usine EvCon de France entrera en production dans quelques mois, celle que le premier groupe privé du pays comptait implanter en Algérie peine à voir le jour à cause d’un blocage des équipements. Les conséquences de ce blocage sont lourdes pour l’économie nationale. D’après Isaad Rebrab, ce sont 15 milliards d’euros d’exportation dont l’Algérie est privée.

Après l’incarcération du patron de Cevital au mois d’avril dernier c’est son fils cadet Malik qui assure la succession de son père à la tête du conglomérat agro-industriel.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept