L'info c'est ici

Couverture médiatique des marches de vendredi : quand l’ENTV se distingue

247

Les marches d’hier qui ont drainé, des milliers, voire des millions de citoyens n’ont pas été vues par les caméras de l‘ENTV.  La chaîne publique a totalement raté sa couverture en déformant, sciemment, les revendications des marcheurs.

Dans les quatre coins du pays, les manifestants ont exhibé le drapeau amazigh. Comme réponse à ceux qui veulent l’interdire, ils ont réaffirmé leur attachement à l’identité que représente cet emblème. Mais pour « l’Unique », point de ce drapeau aux côtés de l’emblème national.

Cette déformation des faits et des revendications du peuple  n’est pas nouvelle. Elle est finalement une pratique enracinée chez l’ENTV. Elle est une seconde nature. Dans un mouvement qui aspire à libérer la parole, l’Unique reste réfractaire et refuse de se mettre au diapason de la rue, du contribuable grâce auquel elle vit.

Une frange de son personnel ne cesse depuis des semaines de dénoncer « le black-out » et exige « l’ouverture »de la chaîne. Mais rien n’est fait. Les responsables de la chaîne préfèrent faire cavaliers seuls dans un monde dominé par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Face aux réseaux sociaux, l’ENTV se distingue, non pas par le professionnalisme, mais par une manipulation éhontée de la réalité. Elle s’enfonce de plus en plus dans un ridicule.

La chaîne publique ne veut pas se débarrasser de ses œillères. Elle n’y voit que par le bout de la lorgnette, une vérité éclatante. Tous comme d’autres chaînes dites privées, qui n’ont d’yeux que pour la machination et la manipulation médiatiques, l’ENTV sort du lot, elle qui est censée donner de la voix à un public qui participe grandement à son financement.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept