L'info c'est ici

Crise politique: Les « solutions consensuelles » de l’armée

60

Le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a mis en garde mardi contre les intentions aux objectifs « ambigus » qui tentent « sciemment » de geler les dispositions de la Constitution, ce qui signifie « l’entrée dans le tunnel sombre du vide constitutionnel ».

« Ceux qui prétendent, par ignorance ou arrogance et entêtement, ou animés par des intentions aux objectifs ambigus, oui ambigus, que le pouvoir du peuple est au-dessus de la Constitution et au-dessus de tous- et c’est une vérité utilisées à tort – car ils tentent sciemment d’outrepasser, voire geler, l’application des dispositions de la Constitution, réalisent-ils que cela signifie la suppression de toutes les institutions de l’Etat et s’engouffrer dans un tunnel obscur dénommé le vide constitutionnel ? », a affirmé Gaïd Salah dans son discours prononcé devant les cadres de la 3ème région militaire (Bechar).

Pour lui, ceci « signifie par conséquent la destruction des fondements de l’Etat national algérien et penser à construire un autre état avec d’autres standards, d’autres idées et d’autres projets idéologiques, auxquels seront consacrés des débats sans fin ».

Il a souligné, dans le même ordre d’idées, que « l’Algérie n’est pas un jeu de hasard entre les mains de n’importe qui, ni une proie facile pour les amateurs d’aventurisme », ajoutant qu »‘elle (l’Algérie) est le produit des sacrifices d’une révolution glorieuse, dénommée le 1er Novembre 1954, qui a besoin de tous ses fidèles enfants ».

Pour le vice-ministre de la défense, le peuple qui a « plébiscité » sa Constitution est le plus apte à la « préserver » et « s’y conformer ». Aussi, en déduite-il,  » il est impensable de procéder au nom du peuple, à la destruction de la réalisation du peuple algérien, qui est la loi fondamentale, soit la Constitution ».

Celui qui voue rancune et animosité envers l’ANP est un « ennemi de l’Algérie »

Le peuple algérien, pour M. Gaïd Salah, reconnaitra celui « qui voue rancune et animosité envers l’armée nationale populaire (ANP) et son commandement » et « saura pertinemment distinguer entre celui dont le cœur est empli de sincérité et celui qui nourrit rancœur et ressentiment envers ce pays ». Il « réalisera certainement que celui qui voue rancune et animosité envers l’Armée Nationale Populaire et son Commandement, est indubitablement un ennemi de l’Algérie ».

Ces « ennemis de l’Algérie sont parfaitement conscients, non sans amertume et jalousie, que notre pays dispose aujourd’hui d’une armée nationale de par son principe, populaire de par son origine, sincère dans son action et sa conduite, à sa tête un commandement moudjahid qui accorde au combat saint sa véritable signification et fait du serment prêté aux Chouhada son phare, avec lequel il fraie son chemin vers la sécurisation de l’Algérie et l’accompagnement de son peuple jusqu’à s’assurer entièrement quant au présent et l’avenir de cette patrie », a-t-il poursuivi.

Pendant que l’ANP s’acquittait de ses missions, assène-t-il, « certaines personnes dénuées de conscience et de scrupules, planifiaient avec ruse la manière d’usurper les deniers publics, soit l’argent du peuple algérien. Là réside toute la différence entre celui qui agit avec dévouement et bonne intention et celui qui manigance avec malveillance. Ces derniers ont oublié que cette voie est courte, voire une impasse ».