L'info c'est ici

Mort en prison de Kamel Eddine Fekhar : sa femme accuse et met en garde

228

La mort en détention du Dr Fekhar le fin du mois écoulé a fait sortir sa veuve de son silence. Dans une déclaration rendue publique, Mme Zahira Fekhar n’a pas été tendre avec les autorités judiciaires de la ville de Ghardaïa.

« Je porte la responsabilité de sa mort à l’appareil judiciaire de Ghardaïa et au personnel médical responsable du suivie de son état de santé à l’hôpital Tirichine Brahim », a-t-elle accusé, ajoutant qu’elle demande « aux autorités politiques de faciliter l’enquête judiciaire à la lumière de la plainte qui sera déposée par M. Salah Dabouz » qu’elle désigné comme seul et unique personne pouvant parler au nom de la famille. Et ce, après avoir estimé que « le grand militant des droits humains et porte flambeau des droits des M’zabs et l’un des repères de la lutte pour l’identité amazighe, le Dr Kamelddine Fekhar, est mort dans des circonstances suspectes après avoir été arrêté une énième fois en raison de sa lutte pacifique.

Et du fait que les autorités officielles continuaient à l’attaquer et à le harceler afin de le faire taire par tous les moyens », elle réclame « de la prendre avec le sérieux requis et de déterminer sa position officielle et claire suite aux informations sur le déroulement d’enquêtes qui seraient initiées par le ministre de la Justice, sachant que nous n’avons jamais été ni officiellement informés ni entendus », insiste-t-elle dans sa déclaration.

Sur un autre volet, elle a souligné qu’elle demande, également « aux associations et autres structures traditionnelles qui étaient instrumentalisés par le wali de Ghardaïa ainsi que par les autorités centrales et sécuritaires et à toutes personne en détention d’informations utile de respecter la mémoire du défunt et de présenter leurs témoignages sur les circonstances de la mort de défunt Kamelddine Fekhar, ou du moins, de ne pas couvrir les auteurs de sa mort programmée ».

Concernant le Collectif des mozabites d’Europe, Mme Zahira Fekhar n’a pas été tendre avec cette association, pour laquelle elle demande « de cesser de se mêler du dossier du défunt Kamel Eddine Fekhare et e d’avoir la décence de ne pas blanchir les personnes impliquées dans sa mort programmée dans ce qui ressemble plus à une pièce théâtrale scandaleuse dont l’objectif est de servir les visés du pouvoir si ce n’est pas d’exercer un chantage ».

« Je condamne les manœuvres de ce collectif qui a porté en premier lieu des accusations contre le Wali puis il a fini par le disculper dans un autre communiqué suite à une soi-disant « enquête » effectuée à distance en moins de vingt-quatre heures », a-t-elle encore écrit.

Elle a rendu un vibrant hommage « à toutes celles et ceux qui se sont solidarisés avec nous et qui ont exprimé leur affliction à travers le monde, en particulier la grande famille amazighe », ajoutant qu’elle remercie aussi « l’association Kabyle de Toulouse » et en particulier Dahmane Kaïs pour « l’élan de solidarité qu’ils ont organisé et qui a permis de collecter une somme d’argent provenant de la générosité de nos frères de la diaspora ».