Louiza Hanoune craint pour sa vie

La famille de Louisa Hanoune la SG du PT, qui va bientôt boucler son premier mois de détention à la prison militaire de Blida après son incarcération le 9 mai dernier pour complot contre l’autorité de l’armée a adressé une lettre au chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah pour qu’il intervienne dans ce dossier : «La famille de la détenue vous interpelle sur son état de santé qui ne lui permet pas de supporter ainsi que son âge qui ne l’aide pas. Nous espérons que vous allez étudier le cas de la détenue d’un point de vue humanitaire».

Dans cette lettre rendue publique ce samedi la famille de la n°1 du PT demande sa libération à l’occasion de la fête de Aid El Fitr estimant que «sa libération sera bénéfique pour toutes les parties et pourrait participer au dénouement de la crise actuelle».

Djezzy Binatna

Le Comité national pour la libération de Louisa Hanoune (CNLLH), présidé par l’ex-sénatrice Zohra Drif Bitat, a décidé de saisir via une lettre ouverte le général de corps d’armée, Ahmed Gaid Salah et le chef de l’État par intérim, Abdelkader Bensalah pour réclamer sa libération dans les «plus brefs délais», indique un communiqué publié mercredi dernier.

Le CNLLH constate que malgré l’émoi qu’a suscité son arrestation et la formidable mobilisation tant à l’échelle nationale qu’internationale, «Louisa Hanoune est maintenue en détention provisoire à la prison de Blida sur décision du tribunal militaire depuis le 9 mai 2019».

Le CNLLH a décidé à l’issue de sa réunion de prendre plusieurs initiatives pour intensifier la campagne pour libérer Louisa Hanoune dans les plus brefs délais, précise le texte.

Outre cette initiative, le comité a décidé de saisir le syndicat national des magistrats, le club des magistrats libres ainsi que l’association nationale des avocats. Un meeting dont la date et le lieu ne sont pas encore fixés est également envisagé.