L'info c'est ici

Abdelaziz Belaid et Belkacem Sahli jettent l’éponge: La présidentielle reportée au mois de décembre prochain

549

Abdelaziz Belaid du Front El Moustekbel et Belkacem Sahli, SG de l’ANR ont finalement jeté l‘éponge et ne participeront donc pas à la présidentielle du 4 juillet, elle-même largement compromise.

L’ANR a annoncé ce samedi sa décision de suspendre sa participation à la présidentielle, et ce jusqu’à la réunion des «conditions nécessaires» à la réussite de cette échéance électorale.

La décision de suspendre sa participation et de la reporter à «une date ultérieure» est dictée par des considérations «populaire, constitutionnelle, juridique et politique», a indiqué le parti dans un communiqué à l’issue de la réunion de son bureau politique, estimant que «le rejet par de larges franges du peuple algérien du cadre dans lequel se déroulera l’échéance du 4 juillet, le manque de mécanismes constitutionnels et juridiques pour encadrer l’élection et l’absence d’un consensus politique chez la majorité des acteurs de la scène nationale sont susceptibles de faire de ce rendez-vous une autre occasion ratée pour trouver la solution et une cause supplémentaire d’aggravation de la situation».

Pour sa part le président du Front el Moustekbel renonce à se porter candidat à l’élection présidentielle du 4 juillet prochain. Présenté comme étant le candidat favori, Abdelaziz Belaïd ne déposera finalement pas son dossier de candidature auprès du Conseil constitutionnel.

Comme l’ANR, le parti de Belaïd estime que les conditions nécessaires pour un bon déroulement des élections présidentielles ne sont pas réunies.

Dans un communiqué, le Front Al-Moustaqbal estime qu’il y a trop d’opacité et de non préparation. Il pointe également l’absence de concurrence politique, nécessaire pour une élection démocratique.

La non installation de l’instance indépendante d’organisation des élections constitue également un empêchement.

Ce samedi est le dernier délai pour le dépôt de candidatures auprès du Conseil constitutionnel. Aucun candidat n’a déposé son dossier de candidature.

Lakhdar Benzahi est le seul candidat à se présenter au Conseil constitutionnel. Dans une déclaration à la presse, il affirme attendre que d’autres formulaires signés parviennent des autres wilayas pour procéder au dépôt de son dossier. 

Comme attendu, on se dirige vers une situation politique non prévue par la Constitution algérienne. Un deuxième report de l’élection présidentielle est presque une évidence, surtout après le retrait de Belkacem Sahli et Abdelaziz Belaïd.

Le Conseil constitutionnel déclarera très probablement l’impossibilité de tenir une élection présidentielle le 4 juillet prochain faute de candidats.

Dans un climat pareil, le Conseil constitutionnel ne pourrait pas valider la date du 4 juillet, en raison de l’absence de toute concurrence garantissant une élection démocratique.

Selon une source généralement bien informé le scrutin présidentiel serait reportée au mois de décembre prochain.