L'info c'est ici

Annoncé comme futur Premier ministre, Benbitour dément

262

Ahmed Benbitour a déclaré ce dimanche sur sa page Facebook qu’il n’pas été contacté pour occuper le poste de Premier ministre, en remplacement de Noureddine Bedoui : «Je ne souhaite pas être Premier ministre dans les conditions actuelles, marquées par des manifestations, chaque vendredi, du peuple qui réclame un système démocratique, transparent et impartial», écrit-il.

 L’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour a estimé, en outre hier samedi, que la mission et le devoir de l’Armée est de remettre le pouvoir au peuple : «La nécessité de changement du système de gouvernance est absolument indispensable. Si on reste dans l’élection présidentielle du 4 juillet, on va aller vers la catastrophe», assure Ahmed Benbitour dans un entretien accordé samedi à la radio nationale. L’ancien chef du gouvernement de Bouteflika s’est prononcé une nouvelle fois à la mise en place d’une «période de transition» pour arriver à une «solution».

Lors d’une conférence à la chambre de commerce et de l’industrie tenue récemment à Annaba, Ahmed Benbitour a présenté des propositions de réformes qui reposent sur «la création de pôles régionaux d’investissement», «de banques d’affaires» et « la définition des priorités de développement».

L’Algérie, a affirmé le conférencier, possède des atouts qui «doivent être valorisés par des dirigeants compétents, capables de concrétiser la bonne gouvernance et d’accompagner le monde en perpétuelle mutation par la maîtrise du savoir».

Au plan politique, l’ancien chef du gouvernement a appelé le Hirak à cristalliser ses revendications dans un programme et de désigner des personnes capables de négocier avec le pouvoir et estimé qu’«il serait vain d’aller à la hâte vers l’élection présidentielle, le 4 juillet prochain, sans programme et sans feuille de route».