L'info c'est ici

Ouyahia, Sellal, Karim Djoudi, Benyounes, Zoukh et Ali Haddad présentés devant le juge

280

Jamais de mémoire de citoyen le tribunal de sidi M’hamed n’a vu défiler autant de monde issu des hautes sphères du pouvoir parmi eux d’ex hauts responsables de l’Etat et des personnalités. Le tribunal de Sidi M’hamed a vu défiler devant le juge ce jeudi des Premiers ministres et plusieurs ministres ainsi que des personnalités dans le cadre des affaires de détournements de deniers publics et corruption.

Ainsi les deux ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, l’ex-ministre Amara Benyounes, Karim Djoudi, ancien ministre des Finances (2007-2014), le patron de l’ETRHB Ali Haddad et enfin l’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh se sont tour à tour présentés ce jeudi  devant le juge du tribunal de Sidi M’hamed.

Sellal, a été auditionné auparavant par la brigade de recherche de Bab Jdid. C’est cette même brigade de gendarmerie qui avait auditionné Ahmed Ouyahia il y a quelques jours ainsi que Issad Rebrab. Sellal aurait été écouté pour des faits liés au dossier de l’homme d’affaires Ali Haddad.

La brigade de recherche aurait saisi le procureur de la République afin que Sellal soit entendu par la justice. Les investigations portaient sur des transactions publiques, l’octroi d’avantages indus et le non-respect des lois en vigueur par Ali Haddad dans ses activités.

Ali Haddad a été transporté à bord d’un fourgon de la Gendarmerie nationale de la prison d’El-Harrach vers le tribunal de Sidi M’hamed. Le fourgon transportant Ali Haddad était escorté de trois autres véhicules de la Gendarmerie. Un important dispositif sécuritaire est déployé devant le tribunal.

 Ali Haddad est poursuivi pour détention de deux passeports lors de son arrestation à la frontière algéro-tunisienne. Pour rappel, les anciens Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia et cinq autres ministres ont été cités par Haddad. Les personnalités ont été entendues dans le cadre d’affaires liées à la corruption.

De son côté, Tayeb Belaiz, ancien président du Conseil constitutionnel, comparaîtrait actuellement devant le tribunal militaire de Blida. Belaiz est interrogé comme «témoin» dans le cadre de l’affaire Said Bouteflika, Toufik et Tartag.

 Pour rappel, Saïd Bouteflika et les généraux Tartag et Toufik sont poursuivis pour «atteinte à l’autorité de l’armée et complot contre l’autorité de l’Etat». Louisa Hanoune, SG du PT détenue à la prison de Blida dans le cadre de cette affaire a reconnu, par la voix d’un de ses avocats, sa participation, le 27 mars dernier, à une réunion en présence de Saïd Bouteflika et du général Mohamed Mediene, dit Toufik.

 La réunion a eu lieu, d’après son avocat Rachid Khane, à la résidence d’Etat Dar El-Afia. Dans sa déclaration rendue publique mercredi, l’avocat de Louisa Hanoune affirme que sa cliente et néanmoins cheffe «a seulement assisté à une réunion de consultation, en présence de l’ex-conseiller du Président, Saïd Bouteflika, et le général-major à la retraite Mohamed Mediene, dit Toufik». Et d’enchaîner : «La réunion a eu lieu le 27 mars 2019, dans l’après-midi, et a duré environ  une heure et demie.

Elle avait comme objet des consultations et un échange de points de vue autour de ce qui se passait sur la scène politique». L’avocat a ensuite  ajouté que Louisa Hanoune «pensait que cette rencontre était officielle, et qu’il avait l’accord du président de la République. Sinon comment expliquer qu’en une heure il soit possible de commettre tous ces actes, qui constituent des accusations lourdes passibles de la peine de mort».