Ultimate magazine theme for WordPress.

RSF dénonce une série de sanctions contre les médias publics Algériens

30

Reporters sans frontières (RSF) dénonce les sanctions contre certains journalistes des médias publics en Algérie. « Reporters sans frontières dénonce ces sanctions disproportionnées et injustifiées contre des journalistes qui n’ont fait qu’appeler à une presse libre et indépendante. Il est urgent que les autorités algériennes lèves ses sanctions injustifiées, déclare Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF », indique-ton dans un communiqué.

Ce dernier précise que cinq journalistes et une technicienne de la télévision nationale algérienne ont récemment écopé de sanctions administratives sévères allant de la suspension à la mutation. Reporters sans frontières (RSF) dénonce ces mesures abusives et appelle à leur levées immédiate.

Dans un post sur Facebook le 9 mai dernier Abdelmadjid Benkaci, journaliste à Canal Algérie,  déclare avoir reçu un avertissement de sa direction pour avoir participé à un débat sur une chaîne de télévision privée.  De son côté, la journaliste Melina Yacef a vu son émission brutalement suspendue tandis que Abderrezak Siah, présentateur du journal des chaînes publiques ENTV et A3, a été suspendu de ses fonctions.

Par ailleurs, l’émission ‘Questions d’actu” animée par Mohamed Nazim Aziri sur Canal Algérie a aussi été déprogrammée. Selon des informations recueillies par RSF, l’émission aurait été censurée parce que trop critique sur la situation politique du pays.

Enfin, Ali Haddadou, journaliste et animateur a lui aussi été suspendu à cause d’un post critique publié sur Facebook alors qu’Imane Slimane, employée à la direction technique de l’Établissement public de télévision (EPTV), a elle été affectée à un autre service.