Ultimate magazine theme for WordPress.

Bouira : Tentative d’empêchement d’une conférence de Karim Tabbou

391

Karim Tabbou a animé aujourd’hui mardi une conférence qui a été suivi d’un débat à l’auditorium de l’université Akli Mohand Oulhadj. La conférence qui devait débuter à 13 h n’a vu son entame qu’à partir de 14 h, en raison d’une tentative de troubler l’évènement qui a été menée par un groupe d’étudiants de l’union générale des étudiants libres (UGEL) qui agissent sous la coupe du parti islamiste MSP.

Ces exaltés ont même osés accrocher des banderoles sur lesquelles ils avaient inscrits « Karim Tabbou erhel, qui veut dire (Karim Tabbou dégage) ». Mais, ils ont oublié que Bouira s’appelle Tuviret de par son histoire qui est une partie intégrante de la Kabylie, et reviendra  inévitablement à sa forme originelle.

En tout cas, la tentative de sabotage a échoué en raison de la grande détermination des étudiants organisateurs venus en force et qui ont recommandé aux présents la cohésion et l’union du combat. Par la suite, Karim Tabbou le leader du parti l’union démocratique et sociale (UDS) qui attend toujours son agrément, prendra la parole pour annoncer que « Le peuple est sorti dans la rue pour réclamer un changement radical. Nous voyons aujourd’hui qu’il fait l’objet de tentatives de manipulations par les tenants du statu quo » Avant de poursuivre, « le pouvoir a même entravé la circulation des personnes, ce qui est un fait grave, car il porte atteinte à la liberté de circuler ! ».

Abordant, la décision du régime politique d’appliquer les dispositions de la constitution, et à cet effet il s’insurgera « de quelle constitution parlent-ils ? Celle de Bouteflika qui a été tripotée 4 fois durant ses 20 années de règne ? Allons soyons sérieux… ».

Pour ce qui est des déclarations récentes du vice-ministre de la défense, l’orateur ironisera sur leurs droitures en affirmant qu’« après avoir cautionné toutes les dérives des mandats successifs, on ne peut se prévaloir de nouvelles intentions dépourvues de toutes arrière-pensée » ».

Abondant dans le même sens, le conférencier dira de Gaid Salah « il se comporte comme un président, dans ce cas, si l’envie le tente d’être président, qu’il troque son uniforme et descend dans l’arène ». Karim Tabbou, à la fin, appuiera l’idée que le changement peut parvenir de l’élite universitaire. Par ailleurs, les étudiants ont dans la journée organisée une marche qui a vu son départ du campus pour atteindre le siège de la wilaya. Parmi les slogans mis en avant se trouve celui de demander « Une université publique, critique et de qualité »