Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonatrach et Huawei ou l’autre sacandale de l’ère Bouteflika

1 167

Les choses semblent s’accélérer dans les dossiers de l’affaire Sonatrach I et II. Agissant sur instruction de la justice, des officiers de la police judiciaire se sont présentés mercredi dernier à la direction générale de Sonatrach, pour réclamer des dossiers.

Les représentants de la justice se sont rendus à ISI (informatique et systèmes d’information) et à la structure qui gère le dossier SH 2030. La direction d’ISI est suspectée d’avoir signé des contrats très compromettants notamment avec le chinois Huawei.

Sonatrach a confié à son homologue chinois la China National Petroleum Corp (CNPC) et à l’équipementier télécom Huawei le projet informatique d’implémentation d’un nouveau progiciel de gestion intégrée, ou Enterprise Resource Planning (ERP). Sonatrach avait attribué en novembre 2016 à la CNPC un contrat de 420 millions de dollars portant sur la rénovation de la raffinerie d’Alger, suite à la signature d’un des accords cadre, Memorandum Of Understanding (MOU) avec la CNPC visant le développement du partenariat dans l’ensemble de la chaîne hydrocarbures ainsi que dans les services pétroliers, avec d’importantes perspectives d’investissement conjoint et de coopération. Pour un montant de 100 millions de dollars Huawei va installer l’ERP qui va permettre de gérer les finances, la production, la commercialisation, la comptabilité… autant dire toutes les informations sensibles

. Rappelons que la justice algérienne avait ouvert un dossier concernant des contrats litigieux et des transactions douteuses (en matière de télécommunications et d’internet) au milieu des années 2000 conclues par Algérie Télécom et deux sociétés chinoises ZTE et Huawei. A la suite de ce procès, les deux géants chinois avaient été exclus des marchés publics algériens jusqu’à juin 2014.

Mais cela ne semble pas avoir freiné les appétits de Huawei et son DG Algérie, Gao. Huawei continue de profiter de juteux marchés en Algérie tels celui de la réalisation et la mise en service d’un Data Center au profit de la direction générale des Douanes pour un montant estimé à 3.34 millions de dollars et 90.99 millions de DA.

Nous disposons à cet effet d’un dossier complet que nous étudions et que nous publierons prochainement une fois les vérifications d’usage effectuées.