L'info c'est ici

Des anciens ministres sollicités refusent de siéger dans le nouveau gouvernement

1 670

Le Premier ministre Noureddine Bedoui qui a entrepris depuis dimanche dernier des consultations en vue de former un nouveau gouvernement, n’arrive  pas à convaincre les personnes ou organisations nationales approchées pour intégrer son gouvernement.

Selon une source très au fait du dossier, une dizaine de personnalités ont refusé de répondre à sa proposition et certains  d’entre eux – anciens ministres sous les gouvernements successifs de Hamrouhe, Ghozali et Sifi – n’ont pas jugé utile de prendre langue avec Bedoui.

L’une des personnalités sollicitées, un ancien ministre et ex-ambassadeur dans un pays arabe qui a préféré garder pour l’instant l’anonymat, a indiqué qu’il a reçu un cou de fil de la chefferie du gouvernement l’invitant à se déplacer à Zeralda pour y rencontrer le Premier ministre  mais qu’il n’a pas jugé utile de répondre à cette sollicitation signifiant à son interlocuteur qu’il «n’est pas disposé à discuter même de façon informelle avec le Premier ministre».

 Nourredine Bedoui, qui fait des mains et des pieds pour conclure avant la fin de semaine, aurait convaincu une dizaine de personnes, toutes recrutées parmi la société civile, les syndicats et les organisations de masses, indique encore la source. Ce lundi, le Conseil national de l’enseignement supérieur (CNES) a annoncé avoir été invité par le Premier ministère pour participer aux consultations pour la formation du nouveau gouvernement.

Le CNES révèle avoir refusé l’offre du gouvernement car «les conditions du dialogue ne sont pas réunies actuellement», note-t-il dans  un communiqué largement diffusé. Le syndicat affirme qu’il a toujours été aux côtés du peuple algérien depuis le 22 février.

Les invitations ont été également déclinées par les six syndicats autonomes de l’intersyndicale et le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) ; idem pour l’intersyndicale de l’Education nationale qui regroupe six syndicats. Le Premier ministre Nourredine Bedoui pourrait, le cas échéant, jeter l’éponge le weekend prochain et laisser seul Ramatne Lamamra poursuivre la mission, selon divers observateurs.