L'info c'est ici

Bejaïa :« Pas de demi mesures, pour un changement radical »

92

Les opérations de charme  du régime, mettant en avant  cette semaine, de nouvelles –anciennes têtes et un léger lifting dans ses discours, comme moyens d’apaisement, n’ont eu aucune incidence sur la volonté de la  population qui veut à tout prêt le mettre définitivement en échec et mat.

Comme attendu ,l’acte 4 de la fronde  populaire anti système, organisé  ce vendredi,  a été un moment d’une mobilisation grandiose  et impressionnante qui démontre, si besoin est, la volonté inébranlable des citoyens à se libérer irrévocablement de la tutelle de ce système  accusé par tous de  « fassad », d’injustice, de prédation, de clientélisme,  de dilapidation, de fraude électorale, de déni identitaire, de sabotage économique… et bien d’autres maux qui ont mis le pays depuis l’indépendance, dans l’œil du cyclone et dans l’escarcelle des prédateurs.

« Oust ! »,  « Du balai ! », ont hurlé, encore une fois,  aujourd’hui, des centaines de milliers de gosiers  dans la ville des Hammadides.  Un raz-de-marée  de citoyens et citoyennes de tout âge, a déferlé sur la ville des quatre coins de la wilaya, (certains sont venus  de leur localité à pied, à l’exemple de ces jeunes d’Amizour ), pour dire haut fort leur refus de demi-mesures  et leur aspiration à un véritable changement.

Les manifestants  qui ont  sillonné pacifiquement, comme les marches précédentes, les artères de la ville  ont  réitéré   leur soif de changement, de justice sociale, de démocratie et de respect des droits humains.  «Le peuple ne veut ni Bouteflika ni Saïd »   «  Ulac,ulac , ulac smah ulac »  « Imazighen, Imazighen !» « Y en a marre de ce pouvoir !»  « Pouvoir assassin »…  s’égosillaient-ils, en Kabyle, en arabe et en français. Même un policier en tenue s’est joint  à cette marche pour exprimer son adhésion  à ce sursaut révolutionnaire. « Police et peuple, fraternité, fraternité »  ont alors scandé  les manifestants se trouvant sur les lieux. Ce qui est surtout  remarquable, c’est l’amélioration constante du sens organisationnel  observée parmi les marcheurs.  On est loin de la configuration  de la marche du premier vendredi de la colère.

Du transport des manifestants, aux slogans brandis, en passant par l’organisation des carrés des marcheurs et autres détails, il est  aisé de constater le progrès  accompli qui augure de très  beaux jours et d’autres victoires  pour ce mouvement en constante évolution.

Ainsi, de nombreuses APC, mitigées au début, ont mis  gratuitement, aujourd’hui, leur flotte de bus  à la disposition des marcheurs. De nombreux citoyens, corporations  et autres  restés eux aussi  en marge du mouvement à son début, car soupçonneux et ne voulant pas répondre à des appels anonymes,  rejoignent maintenant en masse  le train de la révolte.

Coté slogans, aux  deux revendications phares du début « Non au cinquième mandat » et  « Système  dégage », une floraison d’autres  slogans politiques, en harmonie avec la phase actuelle issue de l’annulation du 5e mandat,  précisant les contours de la période de transition et les bases sur lesquelles doit se bâtir la nouvelle république commencent à  faire leur apparition et à  devenir de plus en plus visibles. Le peuple pour le quatrième vendredi  consécutif, comme un seul homme a jeté, une fois encore, à la face  du monde, pacifiquement, avec un civisme inégalé, son verdict : « On ne veut plus de ce système. Non aux prolongations, oui au  changement  radical ! »

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept