Ultimate magazine theme for WordPress.

A quoi joue Le ministre de l’Enseignement supérieur?

476

Alors que le peuple dans son immense majorité est sorti dans la rue pour la troisième fois consécutive manifester son rejet du 5eme mandat du président Bouteflika et par-delà le rejet de tout le système, le pouvoir tente quelques diversions pour atténuer voire faiblir cette constatation qui grandit de vendredi a vendredi.

Au lieu d’apaiser la situation, le pouvoir envoie ses sbires provoquer le peuple. Ainsi les étudiants qui demeurent la force de frappe de cette révolte est particulièrement ciblée par ce pouvoir qui ne veut absolument rien lâcher. Sinon comment interpréter la décision du ministre de l’Enseignement supérieur Abdelkader Hadjar d’obédience FLN qui vient de signifier aux étudiants la décision de quitter leurs chambres universitaires illico presto après avoir décidé seul sans concertation avec les syndicats estudiantins d’avancer les vacances du printemps au 10 mars au lieu 21  mars.

Les étudiants se sont vus annoncer qu’ils ont 48 heures et 24 heures dans certaines cités, pour quitter les lieux. Les réfectoires des résidences seront également fermés et le dernier repas qu’ils serviront sera, dans la plupart d’entre elles, le dîner de ce soir. Les résidents des cités universitaires se retrouvent dans l’obligation de partir soudainement alors qu’ils n’y étaient sans doute pas préparés.

Sur les réseaux sociaux, des appels à la résistance contre la décision de Hadjar. Ainsi les étudiants  se voient «offrir» des vacances prématurées et longues de plus de vingt jours. A Bouira, les étudiants ont pris d’assaut leur université pour dire leur refus de cette décision.

L’information, qui doit être communiquée par voie d’affichage au niveau des campus, n’est pas encore communiquée aux étudiants qui n’ont pas manqué de manifester leur surprise par rapport à ce brusque changement du calendrier des vacances. Ce soir on apprend que le ministère fait marche arrière pour ce qui est des résidences universitaires et des restaurants. Ces derniers seront ouvert durant la période des vacances. Cela renseigne au moins d’une chose: l’amateurisme avec lequel des décisions importantes sont prises par les membres du gouvernement.

Enfin un scandale vient d’éclabousser ce ministre qui a inscrit dans une université parisienne où il poursuit ses études grâce à une bourse d’études octroyée par l’État algérien. Or, le fils du ministre n’est pas éligible à une bourse d’État au regard de ses résultats universitaires.