Les journalistes d'El Watan refusent un comité de censure

La section syndicale du quotidien El Watan dénonce toute forme de censure qui peut nuire à l’image des journalistes et du journal. Dans un communiqué, la section syndicale précise que « La rédaction refuse tout statut inférieur –en terme de droits sociaux économiques- et rejette toute forme de tutelle (ou de paternalisme) hormis celle que lui dicte sa conscience professionnelle, l’éthique et la déontologie de la profession ».

En fait, selon la section syndicale du quotidien en question, des propriétaires du journal veulent, anachroniquement, faire imposer un « comité de rédaction » autrement dit un « comité de censure » dans lequel ils siégeront en directeurs des consciences.

Djezzy Binatna

« Je veux dire ici, à titre personnel, et au nom des travailleurs de la SPA El Watan, mon admiration pour les journalistes et assimilés des médias publics et privés, et les assure quant de notre total soutien », lit-on dans le communiqué avant d’ajouter « Pendant que l’Algérie entière manifeste son désir de liberté ; que les collectifs de médias publics s’affranchissent admirablement, à El Watan , journal aux avants postes des luttes émancipatrices, des velléités existent et vont à contre sens de la marche de l’Histoire ».