Ultimate magazine theme for WordPress.

Une rencontre est prévue ce mercredi : L’opposition en quête d’un leader

146

Cette rencontre devrait regrouper une douzaine de chefs de parti politique, des personnalités indépendantes, ainsi que des figures  des organisations de la société civile au siège du FJD.

Alors que Bouteflika a décidé de briguer un 5eme mandat l’opposition peine à trouver un candidat en mesure de contrecarrer les plans du clan présidentiel.  Abdallah Djaballah, le président du FJD, a annoncé dans une déclaration  rendue publique  qu’il a adressé des invitations à plusieurs personnalités de l’opposition pour assister à une réunion prévue ce mercredi.

Parmi les personnalités invitées figurent trois potentiels candidats à la prochaine élection, Ali Ghediri , Ali Benflis et Abderrezak Makri, en plus de l’ancien ministre de la Communication Abdelaziz Rahabi : «Nous avons adressé des invitations à des personnalités que nous avons rencontrées récemment afin de tenter de trouver un accord sur une candidature unique de l’opposition. Nous souhaitons la présence de tous, sans exception», a indiqué M. Djaballah. Les personnalités rencontrées par le président du FJD sont Ali Ghediri, Ali Benflis, Abderrazak Makri, Tahar Benbaibèche, Karim Tabou, Mohamed Saïd et Noureddine Bahbouh.

La réunion de ce mercredi devrait examiner toutes les options, parmi lesquelles la présentation d’une candidature unique ou, à défaut, le soutien des candidats de l’opposition pendant la campagne électorale. Face au rouleur compresseur du pouvoir, les logiques d’appareils ne devraient pas, une nouvelle fois, prévaloir sur l’intérêt commun.

L’opposition  a brillé par son incapacité à s’unir derrière une candidature unique pour l’élection présidentielle depuis 1999. Aujourd’hui les ténors de l’opposition comptent désigner un candidat commun à la présidentielle malgré des dissensions qui les minent à moins de deux mois d’élections sous tension. C’est la rencontre de la dernière chance. Un sommet dont l’objectif premier est d’unifier toute l’opposition ou au moins une grande partie, sur une feuille de route commune par rapport à l’élection du 18 avril prochain.

Djaballah a entamé des consultations intenses depuis quelques jours avec toutes les tendances politiques de l’opposition. Son mot d’ordre est un débat autour de deux scénarios : soit une participation à la présidentielle avec un candidat unique, soit le boycott actif, et rejoindre ainsi les positions du FFS du mouvement El Mouwatana et du RCD. Seul le PT de Louisa Hanoune  n’a pas répondu à cette invitation.