Ultimate magazine theme for WordPress.

Ali Ghediri à France 24 : «On aurait aimé avoir 1000 Rebrab»

600

Le candidat à l’élection présidentielle du 18 avril prochain, Ali Ghediri n’a pas caché son admiration pour l’homme d’affaires algérien, Issad Rebrab, patron du groupe Cevital lors de son intervention mercredi dernier à la chaîne de TV française d’expression arabe France 24.

Interrogé sur les rumeurs annonçant  le financement de sa campagne électorale par Issad Rebrab, Ghediri a eu cette réponse pleine de: «Si Issad Rebrab est derrière le financement de ma campagne, est-ce une honte et je l’aurai dit avec fierté parce qu’il s’agit d’un homme d’affaires qui investit et travaille dans la transparence. Il fait vivre des dizaines de milliers pour ne pas dire à des centaines de milliers d’Algériens et en toute transparence, et il travaille comme investisseur. On aurait aimé avoir 1000 Rebrab» dit-il.

Le candidat Ali Ghediri a rencontré le patron de Cevital et il ne l’a pas caché d’ailleurs lors de sa première sortie publique à l’occasion du forum du journal Liberté. Réagissant à une question d’un journaliste sur sa rencontre avec l’homme d’affaire Issad Rebrab, Ali Ghediri confirme : «Je confirme que j’ai rencontré Issad Rebrab, qui est avant tout citoyen algérien qui jouit de tous ces droits comme nous tous. S’il le faut, je vais le revoir.

Personne ne pourra m’interdire de le voir d’ailleurs, qu’ils me mettent en prison s’ils le veulent», explique le candidat en souhaitant avoir dans l’Algérie qu’il «gouvernera» des milliers d’Issad Rebrab qui seront la fierté de l’Algérie.

Et de s’étonner: «pourquoi les gens ne parlent pas de mes rencontres avec les poètes et écrivains? Il y’a que Issad Rebrab qui vous intéresse enfin..» Selon certaines sources les deux hommes ont été vus ensemble dans un restaurant huppé situé sur les hauteurs d’Alger. Cette rencontre s’est déroulée à la fin du mois de décembre dernier.

  Lors de ce direct avec la chaîne française  Ghediri a évoqué la fraude qui selon lui n’est pas a craindre : «La fraude a entaché toutes les élections passées. On s’attend donc à notre niveau qu’il y ait fraude. Et nous nous sommes préparés en circonstance. Si nous n’arriverons pas à l’empêcher totalement, nous allons tout au moins la réduire»,  a indiqué le candidat Ghediri, qui estime qu’il «est tôt pour fournir plus de détails sur son plan antifraude». Interrogé sur le financement de sa campagne électorale, Ali Ghediri a révélé qu’il «est aidé par des Algériens qui activent dans le secteur privé», dénonçant «l’utilisation des moyens de l’Etat pour les besoins de la campagne du candidat Bouteflika». Sur le déroulement de l’opération de collecte des signatures, Ali Ghediri a tenu à rassurer que «malgré les entraves, toutes les entraves, l’opération se déroule bien, et nous sommes sur le point de dépasser l’objectif».

 Selon lui , l’origine des entraves vient de l’administration  Je puise ma confiance de vaincre de la source qui est le peuple et non pas du système, comme c’était le cas des autres», a-t-il dit avant d’enchainer : «Je suis convaincu que le temps de l’appui sur le système est révolu, et il est venu le temps de s’appuyer sur la vraie force qui est la force du peuple, et au sein du peuple, la jeunesse qui va représenter 70% du peuple algérien. Depuis que j’ai décidé de m’engager dans cette aventure, des millions d’algériens m’ont contacté, et me soutiennent dans la collecte des signatures», a-t-il ajouté.