Ultimate magazine theme for WordPress.

Pétrole: L’EIA réduit sa prévision de demande mondiale

20

Dans son rapport mensuel, l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a réduit de 50.000 barils par jour (bpj) sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole en 2019, à 1,49 million de bpj.

Selon Reuters, l’agence réduit aussi sa prévision de croissance de la demande pour 2020, de 50.000 pbj, à 1,48 million de bpj.

Elle prévoit parallèlement que la production de pétrole brut des Etats-Unis augmentera de 1,45 million de bpj cette année et de 790.000 bpj l’an prochain pour atteindre 12,41 millions de bpj en 2019 et 13,2 millions de bpj, un nouveau record, en 2020.

Notons qu’en matière des prix du pétrole, l’année 2018 marquée par des grandes fluctuations de marché où les prix du brut ont fortement diminué de -11,4% en décembre 2018 avec une cotation moyenne mensuelle du baril de Brent de la mer du Nord de 57,36$.

La cotation moyenne annuelle du baril de Brent s’établit à 71,05$ en 2018, contre 54,25$ en 2017, soit une hausse de 31%. L’année 2018 a été marquée par des pics en termes de prix, comme en octobre où le baril de Brent se situait à 81,03$ avec des conséquences sur les prix à la pompe. Les fluctuations du baril de Brent ont fortement pesé sur l’économie française dont la consommation.

Dans un bilan dressé par les experts SVP -une société française de services destinée principalement aux professionnels- la fin d’année 2018 est marquée par une baisse importante des cours du pétrole. En décembre 2018, la cotation moyenne du baril de Brent a atteint 57,36$ (contre 64,75$ au mois de novembre). Sur un an, l’évolution est marquante avec une diminution de -10,9%. Cette baisse pour le mois de décembre s’explique par une tension internationale moins forte avec pour exemple la suspension des sanctions américaines envers l’Iran.

« En effet, pour éviter une hausse des cours à l’approche des élections américaines de mi-mandat, l’administration avait accordé des exemptions en novembre dernier à huit Etats, dont la Chine et l’Inde, pour acheter du pétrole à la République islamique d’Iran. Ces exemptions du gouvernement Trump ont été accordées pour six mois minimum », indique-t-on.