Ultimate magazine theme for WordPress.

Investissement: 20 projets en partenariat avec des étrangers déclarés en 2018

32

Selon le dernier bilan de l’Agence nationale du développement des investissements (ANDI) actualisé en février 2019, le nombre de projets déclarés en 2018 a atteint 4125 pour un montant de 1676 milliards de dinars et un nombre d’emploi de 143 320 postes.

Le même bilan fait ressort que le nombre de projet en partenariat avec des étrangers est de 20 projets pour un montant de 146 milliards de dinars et la création de 9654 postes d’emploi. Les investissements locaux ont concerné 4105 projets pour un montant de 1530 milliards de dinars et 133 666 postes d’emploi créés.

L’ANDI rappelle que toute opération d’acquisition d’actifs destinée à réunir les immobilisations durables en vue de l’exercice d’une activité économique productive, qu’il s’agisse d’acquisitions entrant dans le cadre d’une création d’activités nouvelles, d’extension de capacités de production, de délocalisations, de réhabilitation et de  Reprises d’activités, notamment dans le cadre d’une privatisation partielle ou totale.

Le dispositif couvre tous les investissements réalisés dans les activités économiques de production de biens et de services, à l’exception des activités comme les activités qui, en vertu des législations particulières, se situent en dehors du champ  d’application de la présente ordonnance, les activités qui obéissent à un régime d’avantages qui leur est spécifique, les activités qui ne peuvent, en vertu d’une mesure législative, bénéficier de privilèges fiscaux, les activités expressément réservées à des personnes morales expressément désignées par la législation en vigueur et  les activités ne nécessitant pas le soutien de l’Etat.

Aussi, l’ANDI précise qu’il est entendu par projet d’investissement en partenariat, tout projet d’investissement dont une partie ou la totalité des financements proviennent soit de l’étranger et/ou des réinvestissements des entreprises de droit algérien existantes à capitaux étrangers dans le cadre de leurs projets d’extension de capacités de production dans la même activité et la même localisation.

Ces investissements peuvent être constitués en totalité par des capitaux étrangers (sociétés créées avant l’avènement de la loi des finances complémentaire pour 2009 ou en partenariat avec des investisseurs nationaux résidents tels que stipulé par la LFC 2009 c.à.d. 51% algériens et 49 % étrangers.