Ultimate magazine theme for WordPress.

Bejaïa : Pénurie d’eau potable dans plusieurs localités

48

Ce que vivent, ces jours-ci, plusieurs localités de la wilaya de Bejaïa, rappelle à bien des égards, ce festival de l’eau organisé dans une contrée profonde de la wilaya où les festivaliers ont frôlé la déshydration à cause de la pénurie. Alors que les reliefs dépassant 800 mètre d’altitude sont couverts de neige, que des pluies généreuses arrosent fréquemment la wilaya, que la majorité des barrages sont en train de se remplir, les robinets à  Bejaïa, El-Kseur, Tifra, Adekar, Taourirt-Ighil… sont à sec depuis plus d’une dizaine de jours jours.

L’approvisionnement auprès des camions citernes est devenu le seul recours pour les habitants de ces localités. Et comme toujours, les autorités ressortent leur sésame habituel pour expliquer cette pénurie d’eau : « des sections de la canalisation sont abimées et on ne peut pas intervenir et procéder aux réparations à cause des intempéries ». Cet argument tellement usité, tellement répété qu’il commence à donner la nausée aux citoyens qui se sentent quasiment délaissés par ceux-là même qui sont censés veiller aux missions de service public. Car, si les citoyens en hiver, ont droit à cette rengaine «  de canalisations abimées », en été ,c’est un autre argument que les autorités sortent de leur manche pour justifier le manque d’eau: « assèchement des sources ».

Ainsi que ce soit en hiver ou en été, les citoyens de plusieurs communes de la wilaya sont soumis, en permanence, au stress hydrique. Pour Ces citoyens qui expriment parfois leur colère, face à cette situation, par des actions de rue, ces pénuries d’eau répétitives, en toute saison, n’ont qu’une explication : négligence et mauvaise gouvernance. « S’il y a bonne gouvernance, les conduites ne fuiteront pas de toutes parts et ne s’abimeront pas à chaque intempérie. Gérer, c’est prévoir. Logiquement, des  travaux prévus en été, doivent être réalisé en été même si l’on doit mobiliser tous les moyens possibles. On ne doit laisser  trainer  des travaux sensibles jusqu’à la saison hivernale et dire après qu’ils ont subi des dégâts. C’est de la mauvaise gouvernance ! » nous dit dans ce cadre, un élu RCD.